Histoires en tous genres
 
AccueilPartenairesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Jeu 4 Nov - 6:50

Ethan
Washington

    « La vie de mon père, la mort de la Science ! »
    © Lill'

    aka Connor Orbest
      age >> 23 ans
      Sexe >> Homme
      Signe Particulier >> Je me racle la gorge lorsque je suis irrité...
      Race >> Kiida - Kiidami
      Groupe >> ... Pour le moment, je penche pour le Troisième Oeil.
      Activité Professionnelle >> Serveur dans un café de l'aéroport JFK.



      Face aux Autres >> Que dit-on d'un garçon comme moi ? Il paraît que je suis plutôt pas mal... Je mesure environs 1m80, pour quelques petits 70kg de muscles ! Avec un look à la fois rétro et de temps à autres quelque peu gothique à cause de ce khol que je me mets autour des yeux quand me prend l'envie de faire n'importe quoi, je me balade souvent en ville en chemise à carreau et jean délavé ; il m'arrive aussi d'apporter une touche "artistique" comme le disait ma mère, avec un haut de forme noir ou gris posé sur mes cheveux bruns-noirs, et qui vont du court au mi-longs, soigneusement peignés sur ma tête, avec surtout une belle mèche qui tombe sur mon oeil droit, en une pointe arrondie.
      Malgré le fait que j'ai grandi, ma voix reste relativement aiguë, ce qui, pour un garçon, est particulièrement frustrant... cependant, cela charme les les filles, et quand je chante, il y en a plus d'une qui craque sous le timbre clair et doux d'un garçon comme moi. Mes doigts sont longs et fins, presque inhumains ; j'ai aussi une chose que peu de personne possèdent sans en avoir honte : les dents de la chance ! En effet, mes deux dents de devant sont écartées d'un millimètre ou deux, ce qui rend mon sourire... quelque peu gamin et bébête ! Quelle plaie ! Et mes parents qui n'ont jamais pu me payer un appareil dentaire pour rectifier tout ça !


      Dans ma Tête >> Qui suis-je ?! Voilà une excellente question, car comme le disait mon père, l’esprit est comme une caverne : il est insondable dans sa totalité et renferme des trésors inestimables même s’il est souillé de merdes de chauve-souris !
      Tout ce que je souhaite, c’est qu’on me laisse tranquille. De prime abord, j’ai l’aspect d’un gentil, et cet aspect représente ce que je pense en général : c’est vrai, pourquoi tant de haine ? Pourquoi les gens aiment-ils tant être malheureux ?! Malgré mon âge et le fait que j'ai un job, ce qui aurait du me faire grandir normalement, je suis resté un gamin stupide et borné car je n’ai pas mûri aussi vite qu’un enfant normal. En gros ? Ca fait 13 ans que j’ai 10 ans. et malheureusement, je tire de cet âge mental tous les défauts : boudeur, méchant sans le vouloir parfois, caractériel, colérique, parfois particulièrement joyeux et accroché aux gens... en fait, je crois qu'on pourrait me qualifier de bipolaire.
      Les gens ? Parlons-en ! Avec eux, je suis de prime abord dur et glacé comme le marbre, je ne parle jamais avant qu’on m’adresse la parole. Et d’ailleurs, en général, j’adopte l'attitude de celui qui a quelque chose à faire... C’est sans doute pourquoi les gens sont facilement mal à l’aise avec moi. Je suis le froid, le distant, l’autre, celui qu’on regarde du coin de l’œil sans oser lui parler parce qu’on se demande s'il est vacciné contre la rage ! Sans être sauvage, je parais tellement étrange que je peux faire peur...
      Je suis un ami fidèle et le plus serviable possible, si tant est que j'ai des amis, puisque je n'aime personne en particulier ; je suis une tombe si l’on me demande de me taire. Cependant, celui qui est dans le besoin, il peut se gratter pour obtenir mon aide : on m'a jamais aidé, pourquoi j'aiderais les autres ? Enfin, ça c'était avant que mon père ne disparaisse... J'aime bien la violence, ça défoule et c'est toujours d'un agréable secours quand on est embêté. Mais j'ai bien changé depuis que j'ai compris que je ne pourrais plus jamais dire papa. Je suis devenu plus sage, plus doux, plus protecteur envers les âmes tristes et solitaires... mais j'ai peur...
      C'est pour cette raison que je reste loin des autres ! Une certaine partie de moi pense que c'est à cause d'eux, qui risqueraient de m'abandonner comme l'a fait mon géniteur, une autre partie pense que c'est un peu par narcissisme ! Et le problème, c'est que je suis d'accord avec les deux !

      Je ne suis pas du tout un bon comédien, et par conséquent, il m'est impossible de mentir sans me trahir par mon raclement de gorge, ou une quelconque autre chose ; particulièrement peu curieux, je ne m'intéresse qu'aux animaux et j'élabore pour chaque jour un programme mental ; je ne supporte pas le fait que mon programme soit chamboulé, et d'ailleurs, cela m'inquiète beaucoup parce que ça va finir par devenir un toc... Quand il arrive quelque chose que je n'avais pas prévu, je réfléchis. Je réfléchis jusqu'à ce qu'autre chose m'en empêche ou jusqu'à ce qu'une idée me vienne en tête et me rassure ; on appelle ça généralement la tétanie, je crois...
      Si l’on me fait du mal, je réclame réparation, quitte à l’obtenir moi-même.


      Défauts et Qualités >> Défauts : d'une fainéantise incomparable, je traîne la patte dès que je me sens forcé de faire quelque chose ; c'est pour ça d'ailleurs que j'ai arrêté les études ! Loin d'être naïf, je suis au contraire bien trop prudent, limite paranoïaque envers celui ou celle qui m'aborde. parfois insipide, souvent peu curieux, je m'intéresse tellement peu à tout ce qui m'entoure qu'il m'a fallu entendre deux personnes parler dans le bar où je servais pour savoir qu'une statue avait été érigée à Midtown, en mémoire d'une journaliste et de son caméraman qui ont été dans les premières victimes des Eteshis... Je suis le moins courtois possible pour ne pas avoir à aider ou même à parler aux gens.
      Qualités : Si je devais avoir une qualité, ça serait sans doute la prudence, mais elle tend un peu vers le paroxysme... je suis beau garçon et mon honnêteté et ma sincérité involontaires naturelles sont quelques points en ma faveur ! Mais ai-je d'autres qualités ?! Je ne crois pas, non... Peut-être ajouter à elle mon calme et me lassitude transformée en gentillesse...


      Aptitudes >> Je suis capable de créer une "illusion diversion" ; en effet, ma grande force c'est que, lorsque je suis en grand danger, je parviens à fabriquer par mon esprit apeuré un double de moi qui va venir perturber mon assaillant pendant que je pourrai prendre la poudre d'escampette.

      Cette méthode est miraculeuse, car étrangement, mon double accapare absolument toute l'attention de mon ennemi tandis que je peux m'échapper ; cependant, cela me fatigue beaucoup et pendant environs une journée entière, c'est à dire bel et bien vingt-quatre heures, je suis soit d'humeur exécrable soit gai comme un pinson !
      L'illusion ne marche qu'une dizaine de minutes pour le moment, le temps donc que je me mette à l'abri et que je me repose assez pour pouvoir pallier à une nouvelle attaque, car je ne suis pas infatigable ni immortel. ce n'est qu'au bout de ces vingt-quatre heures que je peux à nouveau user de ma technique...

      MaVie >>Il était un fois, un jeune couple bourgeois habitant en Angleterre. Patrick et Leila Washington. Ils eurent un enfant. Georges. Ce dernier grandit dans une atmosphère rayonnante et recouverte de bonheur. Son intelligence en fit un excellent élève de la primaire à la faculté, où il étudia plus précisément les sciences biologiques et physiques.
      C'est ainsi qu'il devint un éminent chercheur, mais son coeur balançant vers un pays voisin, il quitta sa patrie d'origine pour obtenir la nationalité française. C'est lors d'un congrès sur Paris qu'il rencontra Anna. Anna dont la vie de famille n'était pas aussi belle et reluisante que l'avait été celle de l'homme qui deviendrait son mari.
      Elle avait vécu en Espagne, sous le nom de Rosa de Galice, dans une famille dont le père buvait, dont la mère était morte quelques jours après sa naissance d'une pneumonie, et dont le nom auparavant fort connu en Espagne était devenu symbole de misère. Rosa avait fui les coups et les viols répétés de son père et sa tangente l'avait amenée à faire les ménages en France ; sans aller jusqu'à être chouchoutée par ses clients, elle vit le changement d'avec sa vie d'avant parce que l'on ne la traitait pas non plus avec autant d'irrespect que ne l'avait fait son père.

      Un soir, Georges Washington avait du dormir à l'hotel, après une dispute avec sa compagne de l'époque et dans le but de ne pas être en retard à son congrès, et le lendemain matin, il l'avait vue. Elle. Rosa. Enfin, Anne, puisqu'elle avait changé de nom en entrant sur le territoire français. Ce fut le coup de foudre.
      Pendant quelques semaines, il lui tourna autour, lui faisant quelques avances, l'invitant à des diners mais elle refusait catégoriquement.
      Puis un jour, elle céda ; c'est ainsi que la jeune Anne, femme de ménage à Paris, devint l'amante d'un homme de sciences qui quitta quelques temps plus tard sa conjointe pour s'installer définitivement avec sa véritable âme soeur.
      Ils se marièrent, et eurent un enfant. Moi. Ethan.

      Puis le chaos fit sa place dans un monde qui se recroquevillait sur lui-même, une guerre éclata alors que je n'avais que trois ans, et s'inscrivit dans les mémoires par un nom que tous connaissent comme désignant la fin de l'humanité telle que nous la connaissions. La chute. Eminent scientifique, mon père fut envoyé comme représentant français du monde des sciences, accompagné d'autres chercheurs aussi connus que lui. Jamais plus il ne revint.
      Jusqu'à mes dix ans, j'étais persuadé qu'il était parti et qu'il nous avait abandonnés, maman et moi, parce qu'il nous aimait plus, et un beau jour, elle en a eu assez de m'entendre parler sauvagement de mon père. Et elle me montra les lettres.

      Citation :
      Le 12 janvier 2090.
      Ma chère Anne.

      J’ignore si je serai encore de ce monde lorsque tu recevras cette lettre. J’ai travaillé ces derniers temps avec tous ces grands hommes que je respecte tant. Normalement, je n’ai pas le droit de dévoiler ce qui se passe ici, mais je me dois de dire ce que j’y vois…
      Dans une vaste pièce privée de tout pour ne pas l’oxyder, nous avons entreposé cette fameuse météorite qui fait l’objet de toutes nos observations et recherches. Rien ne se passait jusqu’à ce que par un étrange hasard que je ne parviens encore à comprendre, elle ne se mette à faire tout un tas de choses, comme si elle voulait communiquer avec nous. Alors nous avons fais des expériences sur le langage ; c’était… comment dire ? Etrange ; nous communiquions avec une entité extra-terrestre !
      Cela dura quelques jours, pendant lesquels nous lui posions des questions, et auxquelles elle répondait par différentes variations de lumières et de bruits. Nous ne savions que faire, certains de mes camarades pensaient qu’il serait une bonne idée de la séparer en plusieurs morceaux, tandis que d’autres pensaient que si elle avait la capacité de communiquer, elle avait aussi sans doute des sentiments. Plutôt que d’en parler entre nous, nous avons alors décidé de lui en parler à elle.
      Lorsque mon confrère italien lui a proposé de la découper, elle répondit par toute cette série de cliquetis et de sifflements que nous avions appris à connaître qu’elle n’était pas contre, à condition que nous la séparions en sept morceaux qu’elle délimiterait en les faisant briller de différentes couleurs, et que nous ne les approchions les uns des autres sous aucun prétexte. Deux jours plus tard, tous les morceaux, un total de sept, étaient enfermés chacun dans un espace fermé par du verre. Etudiés de façon différente les uns des autres, ils ont tous présenté des aspects singuliers, comme s’ils étaient eux-mêmes dotés d’une intelligence, d’une conscience. Nous n’aimions pas donner à ces morceaux des noms pareils à des chiffres, comme pour la majorité de nos expériences. Les morceaux nous proposèrent donc de les nommer : le premier s’appela Reyoda, le second Sora, le troisième Deka, le quatrième Yauri, le cinquième Esa-Ti, le sixième Ten-Sa et le dernier Na-Neku.

      Comme tu le sais, nous avons étudié ces morceaux durant environs six à sept mois… tout se passait bien jusqu’à maintenant ! Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Tout ce dont j’ai connaissance, c’est que cette météorite a lâché des spores qui ont réussi à se disséminer à travers le monde en l’espace de quelques semaines seulement. C’est le morceau dont je m’occupe avec mes confrères, Na-Neku, qui nous l’a annoncé. Il a aussi dit que personne ne pourrait changer ce qui se passera bientôt. Ce n’est pas de leur faute, d’après lui. Ce n’est de la faute de personne, et à présent, nous devons cohabiter avec ces êtres.
      Hier, j’ai commencé à avoir des palpitations, puis j’ai eu la fièvre et la nausée. Je crois que même ici, dans un froid si terrifiant, les spores dont m’avait parlé Na-Neku n’ont pas trouvé beaucoup de résistance et ont réussi à se faire une place…
      Je me sens mourir. Ma chère Anne, je t’aime, je t’aimerai même après la mort… je te prie de me pardonner de n’avoir été un meilleur mari pour toi, un meilleur père pour notre enfant.
      Je n’ai plus le temps pour t’écrire, je dois travailler.
      Je t’aime. Ne m’oublie pas.
      Charles.

      Depuis ce jour, je ne dis plus de mal de mon père, et je pleure sa mort presque autant que ma mère. Et dans un sens, je suis convaincu qu'il est toujours en vie, quelque part... enfin, je l'espère !
      Il s'était battu pour le monde, pour des convictions qu'il pensait bonnes et justes ; c'est pour cette raison que, pour rendre hommage à mon père, et pour le respecter, j'ai décidé de rejoindre le Troisième Oeil.


Dernière édition par Ethan Washington le Lun 22 Nov - 8:36, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Jeu 4 Nov - 11:59

Bienvenue à toi! Very Happy Vivement la fin de ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Jeu 4 Nov - 14:24

Hihii ! Merci bioookou !



J'estimerai avoir terminé quand j'aurai dépassé le nombre de lignes de la plus longue histoire !
Alors c'est pas gagné je pense !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Ven 5 Nov - 4:04

Haha Razz Bonne chance pour ça xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Lun 22 Nov - 9:14

Bon, je vais enfin avoir tout mon temps pour faire l'histoire !


Sorry for lost time !
Revenir en haut Aller en bas
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   Ven 7 Jan - 0:15

Flemme de faire une histoire plus longue que celle de Kate, j'espère que rien ne choquera ^^^


Liv', valide si c'est bon ! Si ça ne l'est pas, dis-le mowa ^^^

♠ - raou - ♠

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il a payé le prix d'un monde nouveau - à moi de le respecter...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1# Grand Prix Du Tiers-Monde
» Kuroka Kanashita / Necra - Malgré ce monde nouveau,, ma vie est toujours aussi amer.
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Pour ou contre dire la vérité à tout prix...
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA MONTRE et autres... :: Nous sommes nés des ténèbres :: Ténèbres-
Sauter vers: