Histoires en tous genres
 
AccueilPartenairesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mer 27 Oct - 1:28

Spoiler:
 

Il y a des moments où la vie ne peut plus simplement se contenter d'être une ligne droite. Il y a des moments où il faut choisir... Droite ou gauche ? De ce choix découlera une foule d'événements tous plus imprévisibles les uns que les autres. C'est comme ça. Oh, ça n'a rien de simple, mais on finit par s'y habituer, et on a même intérêt à s'y habituer.
Car on peut passer son temps à essayer d'éviter ces choix, à fuir, lâchement, mais tôt ou tard, on s'y retrouve confronté.
C'est ce qui m'est arrivé, une fois de plus, ce 27 octobre 2110.

Extrait du journal de Kate Banks, 28 octobre 2110.


Le silence absolu n'existe pas. Kate s'en faisait une nouvelle fois la réflexion alors qu'elle errait dans les ruelles paisibles du Bronx. Il n'y avait personne, ici, parce qu'il n'y avait rien d'intéressant, et surtout parce qu'il faisait furieusement froid. La jeune femme serra les dents lorsqu'une bourrasque plus féroce que les autres, comme pour confirmer cette dernière pensée, balaya la rue, s'amusant à lui jeter les mèches de ses cheveux déjà passablement décoiffés dans les yeux. La tête rentrée dans les épaules, légèrement penchée en avant pour offrir moins de prise au vent, elle remonta le col de son manteau, passa une main fatiguée dans un vain espoir d'arranger ce qui lui servait de chevelure et pressa le pas.

" Temps de merde... murmura-t-elle pour elle-même. Mais franchement, pourquoi est-ce que je suis là, moi... "

Cette question n'était que de pure forme. Elle savait très bien ce qu'elle faisait là, mais elle avait constaté qu'insulter sa situation et les sacrées drôles d'idées qu'elle avait, parfois, rendait les choses plus supportables.

Oui, elle savait parfaitement ce qu'elle faisait, pourtant Dahnrok estima nécessaire de lui répondre :

" Tu vas jusqu'au labo de recherches et tu t'es perdue dans ces ruelles parce que prendre tous les jours le même chemin pour aller au travail, c'est trop dangereux. Les Calibres pourraient te tendre une embuscade.
- Trop aimable, Dahn', de vouloir m'expliquer ma propre vie. Merci beaucoup, ironisa-t-elle.
- Mais de rien. "

Elle eut un soupir exaspéré. Combien de fois aurait-elle aimé le gifler tant il prenait plaisir à s'insinuer dans ses pensées pour ne rien dire ?

" Je ne parle pas pour ne rien dire... D'ailleurs, tu devrais surveiller tes arrières... reprit l'Eteshi.
- Tu peux pas le faire toi même, je suppose... ?
- Non. "

Kate haussa les épaules et jeta un coup d'oeil derrière elle : même si Dahn' l'agaçait, elle n'était pas assez stupide pour ignorer ses mises en garde. Elles lui avaient déjà plusieurs fois sauvé la vie... et visiblement, lui sauveraient la vie une fois de plus...

En effet, à une petite centaine de mètres d'elle avançaient deux personnes... Et vu l'ennui profond dans lequel pataugeait la ruelle, elles n'avaient absolument aucune raison d'être là... autre que la présence d'une diez recherchée depuis plusieurs années.

" Merde... jura-t-elle à mi-voix.
- Kate, j'aime pas quand tu es vulgaire.
- Ah oui ? Alors ta gueule ! "

C'était l'une de ses rares victoires sur lui, et elle ne manquait jamais une occasion de se comporter comme il ne l'aimait pas.

" Kate ! protesta-t-il, arrachant un éclat de rire moqueur à la jeune femme. Tu as besoin de moi, alors s'il te plaît...
- Ok, c'est bon, lâche moi. "

Ce n'était pas le moment de se disputer sur un malheureux désaccord de vocabulaire. Il fallait agir, et vite. Apparemment, ses précautions n'avaient pas été suffisantes, et si les Calibres étaient bel et bien sur ses traces, ils devaient être plus nombreux.

Cela promettait un nouveau déménagement... songea-t-elle avec une grimace de lassitude.

" Kate, ils se rapprochent.
- Oui oui, je me dépêche... Tu m'aides ? "

Il n'eut pas le temps de répondre, un nouveau juron se formait déjà sur les lèvres de la jeune femme alors que son attention se reportait sur le trottoir devant elle... et sur la silhouette qui lui barrait la route, à deux mètres d'elle. Alors qu'elle s'apprêtait à dégainer son arme et à faire feu, Kate se rendit compte qu'elle venait de sortir du bâtiment crasseux qui bordait la route : peut-être n'avait-elle donc rien à voir avec ceux qui la suivait ? L'inconnue se mit en marche, dans la direction opposée à la sienne. Elle croisa son regard et en une fraction de seconde, Kate la détailla, pesa le pour, le contre...

Elle semblait jeune, à peine une vingtaine d'années, mais dans ses yeux se lisait quelque chose... d'indéfinissable. Une énergie brûlante, un air farouche... Il est difficile de lire dans le regard d'une personne en aussi peu de temps, pourtant Kate était certaine qu'elle n'était pas n'importe qui.

" Kate... elle est dangereuse... " confirma Dahnrok dans sa tête.

La jeune femme esquissa un sourire moqueur.

" Tout le monde est dangereux, maintenant, tu sais Dahn' ?
- Je ne plaisante pas. C'est une diez. "

Oh. ça, ça changeait tout. Kate fronça légèrement les sourcils, dévisageant l'inconnue sans la moindre retenue, à présent, une foule de pensées cavalant allègrement dans la tête...

Si elle la laissait poursuivre sa route... elle irait droit vers les Calibres. Et ceux-ci devaient avoir les nerfs tellement à vif que ça tournerait probablement très mal. Mais ça lui laisserait peut-être une longueur d'avance... Ce n'était pas un avantage négligeable.

En même temps, l'idée de profiter de la présence d'une inconnue et de son potentiel malheur la dérangeait. Elle avait conservé une méfiance instinctive envers les diez, même si elle avait compris qu'ils n'étaient pas aussi monstrueux qu'elle le croyait, et... non, elle ne les appréciait pas spécialement mais finalement, ils n'étaient pas pires que les kiidas, ni meilleurs... Eux aussi méritaient une chance... comme tout le monde...

" Kate, je rêve où tu es en train d'hésiter à...
- La prévenir ? Exactement. "

Toutes ses réflexions n'avaient pas pris plus d'une seconde à défiler dans son esprit mais maintenant, il lui fallait choisir, et vite. La jeune inconnue l'avait dépassé et s'éloignait doucement d'elle...

En une fraction de seconde, Kate prit sa décison : elle ne pouvait pas la laisser affronter les Calibres. Peut-être les vaincrait-elle, mais c'était tout aussi probable qu'elle ne soit pas consciente de ce dont ils étaient capables.
C'était rare que Kate se sente une quelconque responsabilité envers un membre de sa race mais là... elle devait la prévenir.

Elle pivota donc brusquement, et tout en restant prête à une éventuelle réaction violente de la part de la jeune femme, elle posa une main sur son épaule :

" Hé... si j'étais toi, j'irais pas par là. "

Elle n'eut pas le temps de s'expliquer davantage : ses yeux s'étaient immobilisés sur les trois nouveaux intervenants qui s'approchaient d'un pas vif depuis une ruelle transversale...

" Merde... " jura-t-elle encore une fois

Ils avaient vraiment bien prévu leur coup. Kate maudit brièvement son manque de prudence : elle ne voulait pas d'une embuscade ? Eh bien c'était raté.

" Je suppose que tu ne vas pas m'aider... ? lança-t-elle à Dahn'.
- C'est que tu commences à me connaître... répondit-il malicieusement.
- Tu sais que tu n'as aucun intérêt à ce que je meurs ? soupira-t-elle.
- Oh, tu t'en sors toujours.
- La dernière fois que tu m'as dit ça, je me suis fait tabassée à coup de barres en acier... opposa-elle.
- Ah oui mais il fallait que tu comprennes que tes anciens amis n'étaient plus tes amis du tout. "

Un sourire rageur vint étirer les lèvres de la jeune femme et elle se força au calme. Elle s'était doutée qu'en allant à l'encontre des conseils de l'Eteshi, il la laisserait se débrouiller. Elle commençait être y être habituée, et ce n'était pas le moment de perdre son sang-froid.

Sans même qu'elle y ait vraiment réfléchi, sa main avait déjà saisi la crosse de son revolver et tous ses muscles s'étaient tendus à l'expectative de l'affrontement qui allait avoir lieu...

La grande question, sur laquelle reposait peut-être sa vie, était maintenant : comment allait réagir l'inconnue... ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Dim 31 Oct - 9:47

    _ Livana ... Livana ... me souffla une voix proche de mon oreille. Je pouvais presque sentir son souffle dans mon cou. Par réflexe, ou par stupidité, je tâtonnai la place à mes côtés. Vide. Comme d'habitude. Et surement pour toujours. Je grognai. Maudit Von'. Pas foutu de me laisser dormir. Sa voix résonna encore une fois, mais cette fois, je distinguai qu'elle venait de dans ma tête, et non d'à mes côtés :

    _ Eh gamine. Réveille toi.

    Comme toute réponse, je me plaquai le visage contre l'oreiller. S'il pensait me dire aussi quand est-ce qu'il fallait que je me lève ... Bien évidemment, je me trompais encore une fois. Je ressentis comme si un feu ardent brulait dans ma tête et je fus aveuglée malgré mes paupières closes. En glapissant de surprise, je me retrouvai en une demie seconde sur mes deux pieds, les yeux grand ouverts.

    - VON!
    _ Enfin ...
    - Tu vas me le payer!
    _ Ah ouais, et comment?
    - Va te faire ...
    _ Chut.
    - Comment ça ''chut''? Tu sais où tu peux te le mettre, ton ''chut''?
    _ Habille-toi, on sort.
    - Quoi? Maintenant? Pas question! Pas après avoir passé toute la nuit à courir comme une dératée, okay?

    Silence.

    - Von? Ah ... t'es vraiment idiot. Bon, t'as gagné.

    Toujours dans le silence, je m'habillai, me brossai les dents et essayai de mettre un peu d'ordre dans ma tignasse. Peine perdue, je ressemblais toujours à un lion en colère. Je secouai la tête, résignée. Ça me donnait vraiment un air d'enragé. De toute manière, je détestai les rapports sociaux, alors ...

    Lentement, je descendis les escaliers instables, atteignant le rez-de-chaussée de l'immeuble crasseux où j'avais élu domicile. Les yeux au sol, je sursautai lorsque la voix de l'Eteshi retentit soudainement :

    _ Liv!

    Je relevai d'un coup sec la tête, rencontrant le regard d'une femme, dans la vingtaine, qui me dévisageait. Je lui rendis un regard de défi, dur et enflammé. Qui était-elle? Pourquoi me regardait-elle ainsi?

    _ Diez.

    Ah m*rde. Le pas confiant, tous mes sens en alerte, je continuai ma route, sans plus un regard vers l'inconnue. J'espérais qu'elle ne me suive pas. Quoique, une petite bagarre ne serait pas de refus.

    _ Bien dit!

    C'est alors qu'une main se posa sur mon épaule. Je fis volteface, tout mon corps tendu à l'extrême, le regard farouche. Mais, au lieu de m'agresser comme je le pensais, elle me dit :

    Kate : Hé... si j'étais toi, j'irais pas par là.

    Quoi? Je n'eus pas le temps de la questionner, la réponse me sauta à la figure. Trois individus s'approchèrent. Un retentissant ''merde'' sortit de ma bouche, en même temps que la jeune femme à mes côtés.

    _ Bagarre! Bagarre!

    L'excitation de l'Eteshi m'atteignit, et un frisson me parcourut le dos. Je pouvais presque voir dans ma tête ce gros lézard vert s'agiter, déployant ses ailes, et montrant les crocs. L'inconnue avait sortit un flingue, moi je n'avais que mes poings.

    _ Laisse ... Non Von, je peux me débrouiller!, le coupais-je mentalement. Il ne protesta pas, mais je savais que je ne pourrais pas le retenir longtemps.

    Les trois Kiidas s'avançaient et je dis, d'une voix calme, même si on pouvait distinguer une flamme violente briller dans mes iris :

    - Ils en ont contre toi, ou bien ce n'est qu'une envie passagère de nous taper dessus?

    J'étais tendue, prête à me battre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 1 Nov - 1:45

Kate crut un bref instant que la jeune femme allait l'attaquer : toute son attitude suintait une sourde violence qui n'attendait qu'un faux geste de sa part pour se déchaîner... et la violence d'une diez, c'était redoutable. Elle s'efforça néanmoins de chasser de son propre regard la tension qui l'habitait pour que son interlocutrice ne prenne pas son appel comme une attaque.

L'agressivité de l'inconnue s'allégea quelque peu, ou du moins se détourna de Kate pour se reporter sur les trois kiidas qui s'avançaient d'un pas vif dans leur direction et elle fit écho au juron que murmurait la jeune diez. Pourtant, ce fut avec un calme glacé qu'elle demanda :

" Ils en ont contre toi, ou bien ce n'est qu'une envie passagère de nous taper dessus ? "

Malgré elle, Kate sentit un sourire sans-joie naître sur son visage et elle murmura :

" Oh, ils en ont probablement après moi... mais ils seront ravis de te taper dessus aussi. "

Surveillant du coin de l'oeil l'avancée des deux autres Calibres juste derrière elle, elle hésitait à expliquer clairement qui étaient ses poursuivants. Mais après tout, dans de telles situations, la prudence n'était plus de mise... et ce n'étaient plus les diez, ses ennemis...

" Kate, tais-toi ! " lança Dahn'.

Mais la jeune femme reprenait déjà, vérifiant machinalement que son arme était bien chargée :

" Tu es une diez... et manque de bol, ce sont des chasseurs de diez. Et ils ne sont pas à proprement parler... aimables. "

Sur ces paroles des plus rassurantes, elle redressa la tête. Elle venait de prendre conscience de son erreur : en parlant à la jeune diez, elle l'avait désignée aux yeux de ses ennemis comme une personne qu'elle connaissait, et donc... comme l'une de leurs adversaires. Finalement, ce qui aurait dû être une aide s'avérait être un cadeau empoisonné. Mais il était trop tard pour regretter... maintenant, il fallait se battre... ou mourir.

" Je te l'avais dit...
- Chut.
- Ils sont armés.
- Comme c'est étrange... ironisa-t-elle.
- Vous devriez arrêter de parler... "

Dahnrok avait soudain pris un ton froid, formel. Il ne faisait que rapporter les informations, sans y placer la moindre émotion. Au fil du temps, Kate avait appris que malgré les apparences, cela signifiait qu'il ressentait quelque chose qu'il souhaitait cacher... Avait-il donc peur pour elle ? C'en était presque touchant...

" Arrête de dire des conneries, Kate. ça serait dommage de mourir pour avoir trop pensé. "

Elle admit la justesse de ce dernier commentaire et fit brutalement volte-face, braqua son arme en direction des trois hommes qui voulaient leur couper la route. Comme toujours, un gouffre noir de violence remplaçait peu à peu les sentiments et les futurs regrets qu'elle pourrait ressentir. Il ne fallait pas penser que, peut-être, elle tirerait sur une personne avec laquelle elle avait rit, partagé, combattu, quelques années auparavant. Il ne fallait pas penser à ce que signifiait la mort d'un être pour tous ceux qui l'aimaient. Il fallait tirer. Juste tirer...

" Bonne chance... " lança-t-elle d'un ton froid à la jeune femme à côté d'elle.

Son regard s'était assombri et brillait à présent d'une froide sauvagerie. Ils n'eurent pas le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'elle appuyait sur la détente et que la détonation brisait l'équilibre précaire du silence. Une éclaboussure rouge jaillit en même temps que les cris d'alerte des combattants. Un de moins... Les rayons grisâtres du soleil se reflétèrent sur l'acier des canons qui faisaient leur apparition entre les mains des Calibres.

" Merde, Dahn', ils ont des armes à feu !
- Je te l'ai dit.
- Mais je ne peux pas éviter les balles !
- Tu vas devoir essayer...
- DAHN' !
- Tu vois que tu as besoin de moi...?
- Dahn, s'il te plaît...
- Débrouille toi... "

L'échange n'avait pas duré plus d'une fraction de seconde. Au moment précis où leurs adversaires ripostaient, Kate avait roulé au sol et s'était mise à courir. Les balles crépitèrent contre le mur derrière elle. Elle eut une brève pensée pour sa nouvelle compagne d'infortune et espéra qu'elle était suffisamment habituée à se battre pour survivre à l'affrontement. Puis toute son attention se reporta sur sa propre survie. Il lui semblait que l'armement de ses adversaires demeurait relativement sommaire. Seul deux des cinq Calibres qui s'étaient mis en tête de les tuer possédaient des armes à feu, un dans l'équipe qui essayaient de leur couper la route, un autre juste derrière elles. C'était déjà trop, mais c'était mieux que rien. Les trois autres, eux, devaient sûrement porter de courts poignards ou autres objets sympathiques de ce genre et... couraient vers elles.

Les armes rugirent à nouveau. Kate ne pouvait rien faire d'autre que prier pour que leur précipitation les empêche de viser correctement. Elle entendit les balles siffler au-dessus de sa tête, les dents serrées dans l'expectative d'une douleur qui ne vint pas. Elle poursuivit sa course, visa rapidement l'homme qui courait vers elle et fit feu, une nouvelle fois, mais manqua sa cible. De toute façon, elle n'avait pas de réelle volonté de tuer, simplement de ne pas l'être...

Mais elle n'allait pas assez vite. À cette allure ils l'intercepteraient bientôt et elle ne pourraient rien y faire. Une balle vola dans sa direction. Elle eut le réflexe de se jeter à terre et si cela lui sauva probablement la vie, cela n'empêcha pas le projectile de l'atteindre. Et si la balle ne fit que l'effleurer, la douleur était suffisamment intense pour qu'elle se rende compte de l'aspect critique de la situation.

" Dahn ! appela-t-elle encore une fois, désespérée. Ils vont me tuer !
- Mais non, ils te veulent probablement vivantes... tu ne te souviens pas qu'ils sont persuadés que tu es une espionne au compte de je ne sais pas quelle...
- Je doute sérieusement que ceux-la pensent ça... " opposa-t-elle.

Elle visa une nouvelle fois, appuya sur la gâchette au moment précis où le tireur adverse faisait feu. Leurs regards se croisèrent... les balles se croisèrent... Et le temps se figea, l'espace d'une fraction de seconde... Kate eut le temps de comprendre que cette fois, la balle ne la raterait pas. Avec un certain détachement, elle se demanda si c'était aujourd'hui qu'elle mourrait, finalement... si c'était le cas... ça ne l'arrangeait pas du tout... Elle avait encore des choses à faire avant ça... tellement de choses...

Ses pensées s'interrompirent brutalement lorsque le projectile la frappa, juste à quelques centimètres sous le coeur. Le souffle coupé par la douleur, elle se sentit basculer en avant sans pouvoir se rattraper. Elle heurta violemment le sol, haletante, et demeura quelques secondes immobile, soudain vidée de toute énergie...

" Kate ? ça va ? s'enquit brusquement Dahn' dans sa tête.
- Non... Mal... "

Elle avait déjà été blessée, plus d'une fois. Mais il lui semblait que jamais sa vie n'avait été mise en danger aussi directement. Elle sentait son sang imbiber ses habits et le trottoir se tâchait rapidement de rouge sous ses yeux. Les dents serrés, rassemblant le peu de force qu'il lui restait, elle releva la tête. Un léger sourire dansa sur son visage lorsqu'elle constata que son adversaire était lui aussi allongé au sol. Et deux de moins ! Bon, si elle mourrait, ça ne servait pas à grand chose mais elle ne pouvait empêcher une satisfaction sauvage de brûler en elle.

Mais son sourire s'assombrit rapidement. Elle avait trop mal, et surtout, elle voyait un des derniers kiidas encore debout se ruer vers elle.

" Dahn... s'il te plaît... " supplia-t-elle encore une fois.

Elle perçut son indécision. Il voulait asseoir sa domination sur elle, lui montrer qu'il ne céderait pas facilement, mais il avait peur d'aller trop loin et de provoquer sa mort. Finalement, d'une voix atone, il déclara :

" Attends encore un peu..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mer 3 Nov - 12:56

Je ne vis pas le sourire sans joie de la jeune femme, mais je le sentis. Donc, la bagarre est inévitable. D'un côté, ça me réjouissait, et la joie de Von' se mêlait à la mienne, mais d'un autre, je n'avais pas envie de mourir. Ce qui risquait d'arriver. Ils étaient nombreux, trois devant, et un nombre inconnu plus loin derrière, je ne m'étais pas retournée. Ma ''compagne'' d'infortune me répondit :

Kate : Oh, ils en ont probablement après moi... mais ils seront ravis de te taper dessus aussi.

- Super, marmonnais-je tout bas. Mais je ne les laisserais pas me taper dessus. J'étais peut-être une fille, mais je mordais. Plus d'un homme s'était retrouvé le nez cassé parce qu'ils avaient sous-estimer ce que j'étais, et la chose qui était à l'intérieur de moi. Je sentais l'Eteshi trembler d'excitation, prêt à fondre dès que j'aurais relâché la maigre barrière qui je tenais levée tant bien que mal.

Un mouvement à mes côtés me fit tourner légèrement la tête. Elle vérifiait son arme. Mouais, j'en avais pas. Mais je me débrouillerais. C'est alors que l'inconnue lâcha sa bombe :

Kate : Tu es une diez... et manque de bol, ce sont des chasseurs de diez. Et ils ne sont pas à proprement parler... aimables.

J'ouvris de grands yeux, un mélange de surprise et de colère y brillait. Merde. J'étais dedans jusqu'au cou. Ces brutes étaient des Kiidas, et les ennemis mortels des Diez. Et des chasseurs. Von' rugit mentalement, tambourinant brutalement contre la barrière, voulant réduire en charpie nos ennemis. Je lui chuchotais mentalement : Du calme, tu me déconcentres. Laisse moi en dégommer quelques uns. Après ... Après tu reprendras le contrôle ... S'il-te-plait ... Et il arrêta. Mais je ressentais toujours sa présence frémissante. D'un ton maitrisé, je répondis à sa dernière phrase :

- Bon, faudra tous les tuer alors.

Tuer ne me dérangeait pas. Pas du tout car ceux que je tuais étaient mes ennemis, et eux même n'hésiteraient pas à me foutre une balle entre les deux yeux. Ma coéquipière fit volteface, braquant son arme vers un des deux groupes de Kiidas, en me disant froidement :

Kate : Bonne chance...

Oui, bonne chance. Coûte que coûte, je me battrais. Mon sang s'enflamma, l'adrénaline me parcourut de la tête aux pieds, et Von' déplia mentalement ses ailes, prêt à réagir. Le signal de départ retentit avec le coup de feu de mon alliée, et la chute d'un corps ennemi. Alors, j'arrêtais de penser à elle, ne m'occupant que de moi, que de ma vie. Ceux qui possédaient des armes blanches et non des arme à feu se ruèrent vers nous. Espèces d'idiots. Ça nous donnait une petite chance de nous en sortir, car ceux avec les armes à feu n'oseraient pas tirer dans le tas, enfin je l'espérais.

Et soudain, je bondis vers l'avant, vers les deux premiers, allant à leur rencontre. Je donnai un coup de pied bien placé en dessous du genou du premier, et mes bottes aidantes, j'entendis distinctement un claquement sec, lorsque l'os se fissura. L'homme rugit de rage et de douleur, se tenant la jambe. L'autre, cependant, me prit de revers et m'envoya une droit en plein sur le menton. J'eus le temps de reculer un peu, pour amortir le choc mais tout de même, je tombai à la renverse tête première dans un tas de ferrailles et de bois qui traînait là.

Aïe. Je vis l'un des deux hommes se ruer vers moi, me croyant sonnée. Mes doigts tâtonnèrent, tandis que la scène se jouait au ralenti. Je fermai le poing sur ce qui me tomba sous la main, je ne vis même pas ce que c'était. Le Kiida me tomba dessus et je ramenai l'objet au dessus de moi. Et mon adversaire s'y empala. Ses yeux, surpris, se firent soudainement vitreux et son corps mou s'affaissa sur moi. Je le fis rouler sur le côté, et je regardai le morceau de ferraille pointu qui lui transperçait la poitrine. En plein dans le cœur.

Je me relevai, enflammée et haineuse, alors que celui avec la jambe amochée titubait vers moi, son couteau reluisant entre les mains. J'entendis en arrière plein deux détonations, deux chutes, mais je n'y prêtai pas attention. Le Kiida fendit, feinta, essayant de m'atteindre. Étant plus petite et menue, je m'esquivais, sa lame me lacéra cependant légèrement l'épaule. Je lui assénai un autre coup, l'autre jambe céda, et il tomba dans un hurlement. J'empoignai le couteau qu'il avait laissé tomber et lui tranchai la gorge, alors que son sang vint se mêler avec celui de l'autre sur mes vêtements et mon corps.

_ Liv' ... Je tournais la tête, vers les détonations que j'avais entendu quelques secondes plus tôt. Oh merde ... La fille ... Non, ne t'occupe pas d'elle! Je ne l'écoutais pas. Je me ruais vers l'homme encore debout, qui courait vers la jeune femme, atteinte d'une balle en pleine poitrine. J'avais une planche de bois entre les mains, et je la lui fracassais en pleine tronche. Il s'écroula sur le sol, inconscient.

Je ressentis une étrange émotion, de la peur je crois, lorsque je vis que mon ''alliée'' était là, couverte de sang, touchée en dessous du cœur. Je me jetai à côté d'elle, inquiète et sourde aux protestations de Von'.

- Oh merde, merde ... marmonnais-je, ignorant mes propres blessures, bien peu importantes face à celles de la femme. Puis la colère prit la place de toutes mes autres émotions. Je sifflai, plus à moi même :

- Ils nous prennent vraiment pour de simples véhicules, sales Eteshis!

C'est alors que j'entendis un bruit derrière moi. Mauvais signe. Surprise, je me retournai, toujours sur mes genoux. Et je le vis. Je vis la mort dans ses yeux. Le dernier des Kiidas, que j'avais pourtant assommé, abattit son vilain couteau vers moi, y mettant toute sa rage. Et je craquai.

Mon bras se releva d'un seul coup, bloquant le couteau. Et moi je tombais, enfin mon esprit tombait, comme dans un puits sans fond. De ma bouche sortit, alors que j'étais toujours à moitié aux commandes :

- Toi, tu touches pas à ma Liv' sale Kiida!

Et je rouvris les yeux, dans la pièce qu'était mon esprit. Enfin ... Dehors, mon corps se couvrit d'écailles vertes étincelantes, il se disloqua, grandit, et prit la forme d'un dragon aux ailes déployées. Un dragon qui protégeait à la fois ma vie et celle de l'autre Diez à moitié morte derrière lui. Vonldrann se dressa de toute sa hauteur, les crocs sortis et la rage au cœur. Des flammèches sortirent de sa gueule. Le Kiida n'eut pas le temps de se rendre compte de ce qui arrivait qu'il fut broyé sous les dents de l'Eteshi.

Lentement, Von se remit sur ses quatre pattes et se tourna vers la Diez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Ven 5 Nov - 22:54

Douleur... Kate luttait pour rester éveillée, luttait contre les ténèbres terriblement tentateurs de l'inconscience qui lui promettait qu'elle n'aurait plus mal. Elle avait survécu jusque là, et ce n'était pas pour mourir maintenant. Une rage sourde brûlait en elle à cette idée, et dès que ses pensées effleuraient celles de Dahn', la colère se faisait brasier. Il l'abandonnait à sa souffrance sans faire un geste pour la soulager. Elle avait fini par s'habituer à sa présence, jusqu'au point de ne pas ressentir que haine pure à son égard mais... là, ce n'était pas simplement de la haine, c'était le désir de mort, désir de souffrance... Elle regretta brièvement qu'elle ne puisse lui imposer ses propres ressentis. Peut-être qu'il réagirait un peu plus rapidement, s'il vivait ce qu'elle vivait...

" Tsh, tais-toi, Kate ! gronda-t-il dans son esprit.
- Va te faire foutre... " lui lança-t-elle.

Elle fut tirée de ses pensées rageuses par l'approche du dernier kiida. Elle croisa brièvement son regard et sut qu'il la tuerait sans le moindre remords. Le couteau qui luisait dans sa main confirmait cette dernière certitude. Avec un calme absolu qui ne reflétait pas du tout le creux de son esprit agité, elle le regardait s'avancer... était-ce parce qu'elle était au bord de la mort que le temps passait si lentement ? Ses yeux captaient le moindre détail, la moindre futilité, depuis l'infime déchirure qui décorait la veste de l'homme jusqu'aux mèches argentés de ses cheveux.

Alors qu'elle se perdait dans cette contemplation, une ombre passa devant son ennemi et un choc retentit : l'homme s'effondra et la jeune diez fit son apparition dans son champ de vision, une planche de bois entre les mains. Elle vint s'agenouiller aux côtés de Kate, jurons aux lèvres :

- Oh merde, merde...

Kate eut un infime sourire. Si elle avait eu assez de souffle, elle lui aurait probablement dit qu'elle ne le lui faisait pas dire. Mais ce n'était pas le cas, aussi se contenta-t-elle de murmurer un vague " Merci..." avec dans le regard une étincelle de reconnaissance.

Elle perçut alors une présence menaçante dans le dos de la jeune inconnue mais elle n'eut pas à la prévenir : sa sauveuse pivota brusquement, juste à temps pour voir le couteau s'abattre sur elle...

... et avec une voix trop humaine pour ne pas être la sienne mais à l'accent trop tranchant pour lui appartenir tout à fait, elle cracha :

" Toi, tu touches pas à ma Liv' sale Kiida ! "

Kate, totalement désorientée, entr'aperçut alors son corps grandir, se couvrir d'écaille, et avec une terreur qu'elle n'avait toujours pas totalement réussi à contrôler, comprit que son Eteshi prenait le contrôle. Et ça n'avait rien de rassurant.

Le malheureux kiida restant eut la vie fauchée par le claquement sec des mâchoires du monstre et du coin de l'oeil, Kate aperçut une giclée de sang peu appétissante. Elle aurait aimé être soulagée, mais la taille imposante de la créature et sa férocité lui semblait des plus inquiétantes.

Avec une lenteur terrifiante, l'Eteshi se tourna vers elle, un éclat singulier dans les yeux. La jeune femme planta tant bien mal son regard dans le sien et elle eut soudain la certitude que si Dahn' ne faisait rien, elle allait finir comme casse-croûte pour monstre. Avec un détachement cynique, elle songea que cette idée ne lui plaisait que très moyennement.

" Euh... est-ce que tu pourrais... lui demander de ne pas... me bouffer ? " lança-t-elle, le souffle toujours coupé par la douleur, espérant que la diez l'entendrait.

Sachant que le temps que l'inconnue parvienne à convaincre le monstre qui lui faisait face, elle risquait bien de finir en steak pour lézard géant, elle appela une dernière fois :

" Dahn...?
- Je croyais que je devais aller me faire foutre. "

Elle se tut. Elle savait que si elle lui répondait, elle l'enverrait encore une fois balader et elle jugeait plus intelligent de n'en rien faire.

Finalement, un feulement sourd s'échappa de sa propre gorge, et elle comprit soudain qu'il avait enfin décidé à prendre la situation en... patte. Pour une fois, elle ne lutta pas pour garder le contrôle et se jeta volontairement dans l'abîme qui s'emparait d'elle...

L'obscurité fut brève, et lorsque la vision lui revint, elle était assise en face de l'écran habituelle, les enceintes sur les murs lui transmettant le son de l'extérieur. Elle ne se soucia pas immédiatement de l'image retransmise, toute son attention dirigée sur son propre corps. Elle avait constaté plusieurs fois que lorsque son eteshi prenait le contrôle alors qu'elle était blessée... la blessure était toujours là, certes, mais finalement, c'était comme si son corps n'existait plus réellement. Une douleur sourde, lointaine, lui rappelait que la blessure était grave mais cela n'avait rien d'insupportable. Curieuse de savoir si son propre état était vraiment désespéré ou non, elle écarta doucement les pans déchirés de ses habits pour découvrir l'impact. Elle eut une grimace lorsque ses yeux lui renvoyèrent ce qu'elle voyait mais le dégoût était teinté d'un léger soulagement. Apparemment, la balle avait ricoché sur une côte et avait donc jailli sur le côté gauche. La blessure causée était donc profonde, d'une taille impressionnante et laissa échapper une quantité de sang effrayante, mais au moins la balle n'avait-elle atteint aucun organe vital et était-elle sortie. Seule la perte de sang importante mettait sa vie en danger, mais c'était tout à fait possible de la soigner... Bonne nouvelle.

Cette certitude en tête, elle reporta son attention sur l'image que lui renvoyait l'écran. Le monstre en face d'elle n'avait pas bougé mais Dahn' semblait sur ses gardes, rempli d'une sourde violence prête à jaillir à tout moment. Elle devina à ce qu'elle ressentait de ses émotions que son plumage était hérissé et que son squelette métallique laissait dépasser sur quelques centimètres ses lames d'acier à travers sa peau.

" Elle m'a sauvé la vie, ne l'attaque pas ! lança-t-elle.
- Elle oui. Lui, il veut juste nous bouffer !
- Peut-être pas..." opposa-t-elle.

Elle devait admettre qu'elle pensait comme lui, mais elle ne jugeait pas nécessaire d'être les premiers à porter l'assaut. Avec un peu de chance, l'autre diez pourrait contrôler un peu son eteshi... mais pour cela, il ne fallait pas qu'elle se sente en danger.

" Dahn... ? Recule, s'il te plaît, et arrête de jouer au grand méchant tigre...
- Fait gaffe à ce que tu dis, Kate, où je t'abandonne sous ta forme humaine... "

Elle faillit lui demander de le faire. Après tout, peut-être était-ce la seule solution pour faire comprendre à la jeune diez qu'elle ne représentait pas une menace... Oui, peut-être, mais les eteshis n'en faisaient qu'à leur tête et elle ne pouvait pas compter sur l'inconnue pour maîtriser la situation. Avec un sourire amer, elle songea qu'un diez ne maîtrisait jamais la situation.

" Dahn', écoute-moi s'il te plaît. Recule ! "

Elle sentit qu'il souhaitait lui désobéir, juste pour le plaisir de montrer qu'il avait l'entier contrôle de la situation. Mais une curieuse culpabilité tempérait son comportement enfantin. Avec beaucoup de difficulté, elle essaya de contenir l'amusement qu'elle ressentait devant son indécision...

Finalement, avec beaucoup de lenteur, elle vit l'image du lézard géant s'éloigner légèrement à mesure que le deka reculait. Elle fut ébahie d'avoir réussi à se faire écouter mais ce n'était pas le moment de s'y attarder...

Il ne lui restait plus qu'à attendre la réaction de son adversaire...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Sam 6 Nov - 3:27

J'arpentais la petite pièce, jetant quelques coups d'oeil au mur où je pouvais voir ce qui se passait à l'extérieur. La femme semblait vraiment amochée. Mais que pouvais-je faire? J'étais emprisonnée ici, et Von' ne semblait pas avoir l'intention de me rendre mon corps même si la menace était pour l'instant éliminée. En soupirant, je m'assis sur le lit, le menton sur mes paumes ouvertes. Il y avait du choix possible. Soit Vonldrann lui laissait la vie sauve, soit ... et bien soit il la tuait. Ça ne me plaisait pas, mais que pouvais-je y faire? Il ne m'écouterait pas. En soupirant, je fermais les yeux.

L'Eteshi avait une taille imposante. À quatre pattes, il faisait bien cinq mètres de long, du museau au bout de la queue. Toujours ainsi, il mesurait environ deux mètres de haut, sans compter ses ailes. S'il les dépliait, elles faisaient environ trois mètres d'envergure, chaque! Ça devait être totalement terrifiant lorsqu'il se mettait sur ses deux pattes arrières et dépliait ses ailes. Sa gueule, de forme rectangulaire comme les reptiles, était munie de deux rangées de crocs, et ses pattes comptaient chacune cinq griffes de 15 cm de long. Finalement, son corps entier était recouvert d'écailles vertes, pareilles à des émeraudes. La nuit, il semblait terne, mais le jour, il brillait, luisait. C'était magnifique et terrifiant à la fois.

_ Au fait, Liv, tu devrais me remercier non? Je t'ai sauvé la vie.

J'eus malgré moi un mince sourire. Oui, je devrais le remercier. Mais c'était ne pas me connaître si on attendait ça de moi. J'entendis un grondement dans ma tête, qui ressemblait vaguement à un rire. Von' me connaissait, il savait qu'il ne devait pas attendre cela de moi. J'ouvris un œil, et perdu l'envie de sourire. En gros plan je voyais le visage de la jeune femme, qui plantait son regard dans celui de Von'. On dirait même qu'elle me fixait. Sa voix retentit en écho dans la pièce, venant de je ne sais où.

Kate : Euh... est-ce que tu pourrais... lui demander de ne pas... me bouffer ?

Je me levais d'un bond, comprenant que l'Eteshi avait VRAIMENT envie de la tuer. Je m'exclamai, furibonde :

_ EH! Von'! Tu vas quand même pas la ...
_ Mmm ... Elle pourrait devenir un ennemi potentielle non?
_ Quand même là! S'il-te-plait, ne lui fais pas de mal, elle est assez amochée comme ça!

Il ne me répondit pas, ce qui m'enragea. Je fis les cent pas, savant que la vie de cette inconnue ne tenait qu'à un fil, et je ne pouvais rien y faire. À puis tant pis ... Si je ne pouvais pas intervenir, c'était peine perdue. J'entendis la voix grondante de Von', qui s'adressa à la Diez, on aurait dit qu'il était amusé, enfin, pour quelqu'un qui le connaît :

Von' : Hum, elle ne t'entend pas.

S'il aurait pu sourire, il l'aurait fait. Je cognai le mur liquide, essayant de le traverser. Sale menteur et hypocrite! Je l'entendais parfaitement, je ne pouvais tout simplement pas réagir et le lui faire savoir. Je grommelai des jurons bien sentis et me rassis, une lueur enragée dans les yeux.

C'est alors que cela commença à devenir intéressant. Un feulement sourd sortit de la gorge de la femme. Je me relevai d'un bond, m'approchant du mur liquide, regardant la scène. J'assistai avec un mélange de fascination et d'étonnement la métamorphose, alors que le corps de la femme se changea en ... autre chose. Je m'exclamai, surprise :

_ Von' ... C'est quoi ça!

Un tigre. Immense. Son corps n'était pas couvert de poil mais de ... plumes! Et ses rayures étaient magnifiques. Ses yeux, d'un jaune-vert hypnotique, semblaient féroces. Mon Eteshi me répondit mentalement :

_ Un Deka.

Je ne lui en demandai pas plus. Plus tard, sûrement. J'arrêtai de voir le côté magnifique de l'autre Eteshi lorsque son pelage s'hérissa et des lames jaillirent de quelques centimètres de son corps. Ça alors ...

Vonldrann gronda, la gueule entrouverte, laissant paraître ses crocs. Son corps était tendu, et dans ses veines coulait une vague de rage et de colère. Il était prêt à se battre. Et il allait le faire, c'était certain. Sa nature colérique refaisait surface brusquement, un le grondement s'intensifia. C'est alors que l'autre Eteshi, le Deka, recula lentement. La bataille pouvait sûrement être évitée. Je l'espérais.

Mais Von' ne le vit pas de cette manière. Pour lui, toutes les raisons sont bonnes pour se battre.

_ NON! Arrête ça tout de suite, espèce d'idiot! Tu vois bien qu'il ne veut pas se battre! Arrête! Fais pas l'imbécile!

C'est pas vrai! Sale tête de mule! Il allait tout de même pas engager les hostilités, alors qu'elles pouvaient être éviter en ce moment même?! J'avais pas envie de mourir, et si Von' mourait, j'étais certaine que moi aussi. Le dragon était peut-être plus massif, mais l'espace restreint ici ne lui sera que peu profitable! Von' dût m'avoir entendue, car il recula d'un pas lui aussi. Sa voix grondante se fit entendre, à l'intention du Deka.

Von : Il semblerait bien que mon hôte veuille éviter un bain de sang.

Il semblait pas content de cela. Je soupirai et me laissai retomber sur mon lit, épuisée. Il ne fallait cependant pas que je m'endorme, car Von' en profiterait pour fondre sur l'autre et engager le combat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 8 Nov - 10:01

Spoiler:
 

Dahnrok reculait toujours, un pas après l'autre, la tête légèrement baissée en une attitude méfiante mais non agressive. Kate ne pouvait s'empêcher d'être surprise par sa collaboration mais s'efforçait d'effacer toute satisfaction de son esprit.

" J'entends ce que tu penses, Kate... " railla le deka.

Elle eut une grimace légèrement dépitée mais ne répondit pas. Elle savait très bien qu'elle était incapable de la moindre diplomatie envers son Eteshi et que cela la menait invariablement à des catastrophes...

" Tu crois que je t'obéis, hein ? " gronda-t-il d'un air amusé.

Elle eut un froncement de sourcil inquiet. Qu'entendait-il par là ?

À cet instant, les haut-parleur lui firent parvenir la voix puissante de l'espèce de dragon qui avait décidé de faire d'elle son repas quelques instants seulement auparavant :

" Il semblerait bien que mon hôte veuille éviter un bain de sang.
- Il semblerait bien que le mien aussi. "

Avec une certaine inquiétude, la jeune diez perçut le semblant de complicité qu'avait provoqué ces quelques mots entre les deux créatures. Elle connaissait suffisamment Dahn' pour savoir qu'il ne souhait se lier avec personne et qu'il ne s'attacherait jamais à personne mais... mais la perspective que les deux monstres trouvent amusant de se battre avait quelque chose de terrifiant pour les deux malheureuses diez qui étaient dans l'incapacité la plus totale de faire quoique ce soit.

L'unique bonne nouvelle, c'était que l'inconnue disposait d'une influence suffisante pour empêcher l'imposante créature de les attaquer. Ce n'était pas négligeable.

" Tu as peur... ? murmura Dahn'.
- Non.
- Menteuse. Tu détestes l'idée de ne pas contrôler la situation.
- C'est vrai. Mais je n'ai pas peur...
- Tu devrais...
- QUOI ? "

Pas le temps de comprendre ce qu'il entendait par là : l'écran face à elle se fissura et alors qu'elle se tassait dans ce qui me servait de siège pour ne pas revenir à la réalité, elle sentit une force implacable la pousser en avant. Les voiles de ténèbres qui marquaient le passage de son corps, d'abord en suspension dans un univers étrange, puis projeté dans la réalité, enveloppèrent brièvement ce qui l'entourait puis...

... douleur. Elle eut brièvement l'impression que la balle l'atteignait à nouveau. Revenir à soi était toujours un choc, mais c'était d'autant plus difficile quand on était blessée et qu'un dragon avait faim...

Avec un gémissement sourd, elle sentit ses jambes fléchir et elle tomba à genoux. Douleur. Le sang avait recommencé à couler et presque malgré elle, en un réflexe étrange de survie, elle plaqua ses paumes contre la blessure. En vain. Douleur.

" Dahn ! Je te déteste ! hurla-t-elle silencieusement, rageuse et paniquée à la fois. Je vais crever... Merde, Dahn', je croyais que tu ne voulais pas ma mort !! "

La colère qui la brûlait était si violente qu'elle effaçait presque la poigne glacée de la terreur. Elle n'avait aucune envie de mourir, aucune envie... Douleur, encore.

" Mais non... lève la tête... je croyais que tu savais que j'aime te faire peur... "

Avec lenteur, elle regarda devant elle et se figea de surprise.

" Espèce de... commença-t-elle.
- Ah non Kate, je t'ai quand même aidé... T'as pas le droit de m'insulter..."


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 8 Nov - 13:50

    Dahnrok : Il semblerait bien que le mien aussi.

    Si Vonldrann aurait pu sourire, je crois bien qu'il l'aurait fait. Il pourrait en faire un ami, tien ... Malgré moi, un début de rire, légèrement hystérique à cause de la fatigue, se fit entendre de mes lèvres. Von', qui avait dû suivre mes pensées, lâcha un espèce de ronronnement mêlé à un grognement. Ça alors, il riait ... Mon propre rire s'éleva dans la petite pièce, relevant plus de l'hystérie que d'un rire franc. J'étais vraiment épuisée, à bout de force. Toujours étendue sur mon lit, les bras en croix, les yeux fermés, je luttais pour ne pas m'endormir, refusant les doux bras de Morphée. Mais lentement, je plongeais, plongeais ... Et ...

    J'ouvris brusquement les yeux, m'étouffant à moitié, et tombant à genoux sous la surprise. Les deux mains posées à plat sur le sol dur de la ruelle, je me forçais à respirer normalement, hoquetant. Je rugis dans ma tête :

    _ VON! T'aurais pu m'avertir que tu me rendais mon corps, sale traître! T'as failli me tuer!
    _ Oups ...

    Je détestais quand il faisait ça. Moi qui croyais tomber endormie, je me réveillais brusquement, dans mon corps, dans la réalité. Ça avait de quoi foutre la frousse pendant deux secondes et demi! Mon regard embrouillé s'éclaircit, et je vis la jeune femme devant moi, dans un sale état, et qui me regardait avec surprise. Euh ... J'ai manqué un bout là ...

    Puis je vis le sang, sa main sur sa plaie, son air de pure douleur. Et je paniquais. Qu'est-ce que je devais faire, là? La voix moqueuse de l'Eteshi retentit dans ma tête :

    _ Bah, va l'aider un peu ... Je me suis quand même pas empêché de la tuer pour ensuite la regarder mourir ...

    Je me relevai et la rejoignit en clopinant, les membres et les côtes douloureuses. Je m'agenouillai à ses côtés, un tout petit peu inquiète. La seule solution que je voyais pour le moment, n'était pas très bonne ...

    - Hum, j'ai une voiture, plus loin. Je pourrais t'amener à l'hôpital ... quoique on n'est pas trop aimé dans le coin ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mar 9 Nov - 10:38

Spoiler:
 

Ce fut avec un soulagement sans borne que Kate vit revenir la jeune diez, reléguant le dragon menaçant à sa place habituelle, à savoir au creux de son esprit.

Une brume étrange enveloppait tout ce qui l'entourait dans un voile de mystère, ce qu'elle aurait certainement trouvé plutôt... joli, si cela n'avait été provoqué par la douleur. Elle voulut se redresser, mais ne trouva même pas une miette d'énergie pour le faire. Non, décidément, elle n'était pas en forme.

L'inconnue semblait légèrement égarée, voir totalement lorsque celle-ci croisa son regard. La jeune diez ne paraissait pas être dans un état très brillant, pourtant elle se releva et s'approcha d'elle, une lueur inquiète dans les yeux. Elle se plaça à sa hauteur et Kate tourna un sourire légèrement crispé vers elle. Elle préférait économiser son souffle et laissa son regard exprimer une sourde interrogation : et maintenant ?

" Hum, j'ai une voiture, plus loin. Je pourrais t'amener à l'hôpital... quoique on n'est pas trop aimé dans le coin... "

Hôpital... Mauvaise idée. Cela résonnait comme une évidence dans son esprit.

" Refuse... " gronda Dahn' dans sa tête en écho à cette pensée.

La jeune femme savait parfaitement le danger que représentait le fait de s'exposer ainsi à de parfaits inconnus. Malgré la foule de situations peu sympathiques qu'elle avait connues, elle n'avait été qu'une fois là-bas et n'en gardait pas un bon souvenir. En plus de ça, elles venaient de faire un véritable carnage dans la ruelle et c'était malheureusement le genre de nouvelle qui allait vite...

En même temps... en même temps, était-il possible de soigner une blessure aussi importante sans l'aide des services médicaux... ? Elle avait soudain un sérieux doute.

" Mais oui, Kate, tu peux très bien t'en sortir...
- Toi, tais-toi... "

Elle demeura songeuse un moment et décida finalement de résoudre le dilemme le plus simplement possible...

" Aide-moi à me lever... " murmura-t-elle, les dents serrées pour maîtriser la douleur.

Si elle y arrivait... si elle y arrivait, elle n'irait pas à l'hôpital. Il y aurait forcément une autre situation.
Mais si elle s'effondrait... Elle n'aurait pas le choix...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Ven 19 Nov - 7:28

Spoiler:
 

    Je me mordillai la lèvre inférieure, nerveuse et inquiète. Je ne voulais pas avoir un cadavre sur les bras moi! Et il fallait filer le plus rapidement possible, avant que des curieux, voir des policiers ou même des alliés de ces Kiidas pointent leur nez. On était assez dans les emmerdes comme ça, selon moi. Et ma brillante idée d'aller à l'hôpital relevait plutôt du suicide. Ils nous poseraient un tas de questions, et cela finirait pas une balle entre les deux yeux. Quoique ... Je pouvais l'emmener là bas et filer en douce, je n'étais pas si amochée que ça. La voix de l'Eteshi se fit entendre dans ma caboche :

    _ Tien, tu te mets à penser comme moi.
    _ Ah, la ferme!

    Je revins à la réalité lorsque la jeune femme me répondit, serrant les dents de douleur :

    Kate : Aide-moi à me lever...

    Je hochai la tête, et essayant de ne pas lui faire mal, je la remis sur pied, chancelante malgré moi. Elle tenait debout! Un peu plus et je souriais. D'une voix hésitante, je lui dis :

    - Je vais t'amener à ma voiture, elle n'est pas loin. Après on fiche le camp.

    Malgré moi, je voulais l'aider. Précautionneusement, je la soutenais jusqu'à une ruelle adjacente, vérifiant qu'elle tenait le coup. Nous arrivâmes dans une petite rue déserte, où était garée une voiture. Ma voiture. J'ouvris la portière arrière, me demandant si la fille allait accepter ou non.

    - Tu peux t'étendre là, je reviens. Il y a des serviettes en dessous du banc.

    Je la laissai là, toujours mes clés en main. Pas question de les lui laisser! Elle pourrait filer en douce avec ma bécane! Peu importe si elle restait là, moi, je tournai les talons, courus malgré mes côtes qui me faisaient mal, et retournai dans l'immeuble abandonné, pour rassembler mes affaires. Vonldrann s'était fait silencieux. Bizarre. Voulant faire le plus rapidement possible, je fourrais tout dans un sac à dos, et redescendis comme une démone, en grimaçant de douleur.

    Lorsque je revins, j'espérais que la demoiselle ne m'avait pas faussé compagnie, ou bien qu'elle n'avait pas eu de mauvaise surprise. On sait jamais qui peut jaillir du coin d'une ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Ven 19 Nov - 9:52

Kate mobilisa les bribes éparses de sa force restante, les assembla en un bloc solide et, aidée par la poigne de la jeune femme, elle parvint par miracle à se mettre sur ses pieds. Sa blessure brûlait atrocement mais avec une ironie amère, elle se disait que tant qu'elle avait mal, cela voulait dire qu'elle était en vie. Vacillante, elle lança un sourire des plus sincères à l'inconnue.

" Je vais t'amener à ma voiture, elle n'est pas loin. Après on fiche le camp " déclara celle d'un air légèrement hésitant.

Kate eut un murmure d'assentiment. Son regard s'était fait acéré et se ficha sans délicatesse dans celui de la diez. Elle percevait ses réserves et si elle les comprenait, elle ne pouvait se permettre de lui accorder toute sa confiance : après tout, elle n'avait pas demandé à être mêlé à tout cela et Kate avait pris la sale habitude de se méfier de tout et de tout le monde.

Pourtant, malgré les doutes qui perçaient dans son intonation et dans ses yeux, l'aide qu'elle lui offrait était sincère. Et de toute façon, Kate n'était pas en position de refuser son soutien. Le tranchant de son regard s'émoussa pour se transformer en une sourde reconnaissance. La reconnaissance qu'un être humain accorde à un autre, à ce qu'il est et à ses actes. Ce n'était pas une offre quelconque, et la jeune diez s'étonnait elle-même de la facilité avec laquelle elle la faisait.

Elle balaya ses doutes en esquissant un premier pas. Sans le soutien de la jeune femme, elle se serait effondrée aussitôt, foudroyée par la souffrance qui fusa dans tout son corps en un long frisson qui fit danser allègrement des étincelles colorées devant ses yeux.

" Courage... " chuchota Dahn' au creux de son esprit, avec une douceur étrangement sinècre.

Elle ne prit pas la peine de lui répondre mais apprécia néanmoins le curieux soutien que lui apporta ce simple mot. Elle ferma brièvement les yeux, se força à inspirer puis à expirer profondément et se remit en marche d'un pas plus assuré. Il ne lui restait plus qu'à espérer que la route ne serait pas trop longue...

Après un temps désagréablement éternel à son goût, l'éclat du soleil sur un pare-brise effleura sa rétine et avec une certitude désespéré, elle sut que c'était LA voiture. Chancelante, toujours soutenue par la diez, elle parvint devant la portière arrière que la jeune femme ouvrit.

" Tu peux t'étendre là, je reviens. Il y a des serviettes en dessous du banc.
- Merci... "


Elle eut une grimace : sa propre voix lui parvenait étrangement déformée, bien plus rauque qu'à l'habitude. Elle regarda sa compagne d'infortune s'éloigner en courant et se fut davantage en s'effondrant qu'en s'allongeant qu'elle s'étendit sur la banquette. Le dernier effort l'avait dangereusement approché de l'inconscience et des points noirs maculaient sa vision. Haletante, les yeux fermés, elle demeura un long moment immobile. Elle songea brièvement aux serviettes dont avait parlé la diez, au sang qui gouttait sur la banquette et eut un infime sourire teinté d'un léger regret : belle reconnaissance que de tâcher la voiture de celle qui l'avait sauvé de son sang... Elle se sentait cependant absolument incapable de bouger et abandonna très vite cette idée pour se perdre dans la contemplation du plafond gris du véhicule. Celui-si s'assombrissait d'ailleurs de façon fort curieuse...

" Kate ! "

Elle eut un vague sursaut qui lui arracha un cri de douleur. Elle s'apprêtait déjà à insulter copieusement l'Eteshi lorsqu'elle se rendit compte que l'appel était destiné à l'empêcher de se noyer dans les ténèbres de l'inconscience. Elle serra les poings, le plus fort qu'elle pouvait, histoire de s'accrocher à la réalité.

Elle prit plusieurs longues secondes à se rendre compte de ce que ses oreilles avaient envoyé comme informations à son cerveau : lointain mais évident, le bruit caractéristique d'une voiture qui s'était arrêté, quelques rues plus loin...

" Merde... " souffla-t-elle.

Elle admira brièvement sa capacité à jurer en toutes situations et quelque soit son état, avant de reporter son attention sur le problème immédiat, à savoir... les flics. Evidemment, les immeubles étaient habités, évidemment, quelqu'un avait appelé pour signaler le meurtre des kiidas... Et la police allait toujours vite quand il fallait qu'elle aille lentement...

" Merde ! " lança-t-elle encore, en essayant de se redresser.

La douleur la foudroya encore une fois et elle retomba lourdement sur le dos. Elle tâtonna à la recherche de son arme, la saisit entre ses mains tremblantes. Elle connaissait trop bien le service de l'ordre pour savoir qu'ils n'étaient pas ses alliés... les Calibres étaient nombreux dans leur rang. Et même si ceux-là n'en étaient pas, elle n'avait pas droit d'être capturée...

" Si je perds mon boulot à cause de toi, Dahn'...
- ça serait très bien. Moins de gens.
- Espèce de taré !
- De toute façon, tu devrais plutôt t'inquiéter pour ta vie que pour ton travail... Si elle ne vient pas très vite... "

Kate eut un soupir d'impuissance. Si elle ne venait pas très vite, elles étaient dans une merde noire... Ses pensées oscillant entre le délire le plus complet et un raisonnement à peu près construit, elles s'attardèrent un instant sur la couleur de la merde, et elle se demanda ce qu'il fallait manger pour que celle prenne la couleur de...

" Oh Kate, franchement...
- Excuse-moi... Je ne me sens pas bien... "

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Ven 19 Nov - 11:04

Spoiler:
 

    Un flot incroyable de jurons jaillit dans mon esprit, ma voix se mêlait à celle de Von' lorsque nous arrivions à la voiture. Certains étaient inventés de toute pièce, Von était doué pour cela, d'autres étaient totalement peu décents pour une fille. Nous continuons en chœur à envahir mon esprit de mots pas très gentils, tandis que mes yeux fixaient au loin la chose qui se dirigeait vers nous. Les flics!!

    J'oubliai la douleur, alors qu'une rage sourde m'envahissait, embellie par celle de l'Eteshi. Je devais avoir une tête à faire peur, les cheveux au vent, les yeux enragés. Je vis la jeune femme essayer de se redresser sur la banquette. Et en arrière plan, plus loin, les voitures de police garées, et lesdits flics en train de descendre. Sans plus de cérémonie, je claquai la portière arrière, enfermant Kate à l'intérieur, ouvrit celle en avant, plongeai sur mon siège, refermai la porte et insérai la clé de ma voiture. J'eus à peine le temps de dire :

    - Accroche-toi bien!

    Que ma voiture bondit vers l'avant, fit volteface dans un crissement de pneu et nous partîmes en direction inverse, tandis que nous entendions les jurons des policiers, qui remontaient dans leur voiture. D'une voix qui trahissait une nervosité mais aussi une rage ardente, je dis, à l'arrière même si je ne savais pas si ma passagère était toujours consciente :

    - Hum ... Toi, à l'intérieur. S'il-te-plait, ne reprend pas le contrôle dans ma voiture, d'accord? Déjà que la banquette est tachée de sang, je veux pas la voir en morceaux.

    Et en me taisant, j'écrasai l'accélérateur, envoyant ma voiture frôler les 150 kilomètres/heure. Je ne pouvais pas aller plus vite, j'allais nous tuer!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Ven 19 Nov - 22:07

Kate était toute occupée à espérer l'arrivée prochaine de la jeune diez. Elle aurait vraiment aimé pouvoir prétendre qu'elle était tout à fait capable de s'en sortir seule, mais hélas, ce n'était pas le cas. Elle eut un grognement de dépit : elle détestait dépendre de quelqu'un...

Elle perçut le son de pas précipités de quelqu'un sur le trottoir et elle braqua maladroitement son canon à travers l'ouverture de la portière. Sa main tremblait d'épuisement, pourtant elle n'abandonnerait pour rien au monde sa dernière protection.

Ce fut cependant la jeune femme qui apparut, les yeux brûlant d'une rage à peine contenue. Elle se jeta vers la portière toujours ouverte et Kate n'eut que le temps de remonter ses jambes avant qu'elle ne l'enferme dans le véhicule...

" Kate, j'aime pas ça... gronda Dahn' dans sa tête.
- Oh, écoute, on a pas la choix... Si tu avais réagi un peu plus vite, je ne serais certainement pas en train de crever, là...
- Tu n'es pas en train de...
- Si je ne suis pas soignée très vite, si, je vais mourir. "

Elle était d'un calme absolu en prononçant ces dernières paroles. Avec un certain étonnement, elle chercha en elle la peur sourde et habituelle de la mort... et ne la trouva pas. Ce détachement avait quelque chose d'inquiétant...

Elle fut brutalement sortie de ces quelques pensées par la voix pressante de la jeune inconnue qui lui devenait de moins en moins inconnue, d'ailleurs...

" Accroche-toi bien ! "

Elle ne prit même pas la peine de répondre. Agrippant du mieux qu'elle pouvait le bord de la banquette, elle manqua être jetée sur le sol par la brusque accélération de la voiture. La douleur bondit dans ses veines et avec un gémissement sourd, elle vie la lumière qui l'entourait vaciller un instant pour devenir ténèbres.

" Kate, reste ici ! ordonna sèchement Dahn'.
- Pas envie... gronda-t-elle avec un noir ressentiment. 'mal... 'marre... "

Même ses pensées se faisaient décousues. Elle avait l'impression désagréable qu'on lui avait jeté un saut d'eau tiède dessus, et l'idée que c'était du sang, son sang, était des plus inquiétantes.

" Hum ... Toi, à l'intérieur. S'il-te-plait, ne reprend pas le contrôle dans ma voiture, d'accord ? Déjà que la banquette est tachée de sang, je veux pas la voir en morceaux. "

Dahn' eut un rire qui s'approchait plus d'un rugissement que d'autre choses, et alors que Kate avait à peine suffisamment de souffle pour se maintenir en vie, il se servit de ses cordes vocales pour dire, d'une voix moqueuse et plus totalement humaine :

" T'inquiète pas pour ça... Elle ne veut pas que je lui ôte le contrôle, n'est-ce pas Kate... ? "

Kate eut un nouveau gémissement. Toute la résistance du monde a ses limites... Des larmes de rage et de souffrance se mirent à couler le long de ses joues et d'une voix brisée, oubliant de parler par la pensée à son hôte, elle lança une suite retentissante d'insultes en tout genre qui la laissa finalement sonnée et silencieuse. Elle haïssait son Eteshi comme jamais, pour son ironie, pour la force avec laquelle il la maintenant éveillée, pour... tout.

La voiture ne cessait d'accélérer et si Kate ne voyait plus rien, elle sentait très bien, trop bien même, la vitesse du véhicule. Elle se rendit soudainement compte que la nuit qui l'environnait était causée par ses paupières qui s'étaient abaissées devant ses yeux et qu'elle s'efforça de soulever, pour observer la silhouette étrangement vacillante de la jeune diez qui devait subir son délire.

" Je suis... désolée... murmura-t-elle avant de se taire, longtemps, essayant de retrouver un peu de souffle.

Elle avait soudainement honte de sa rage, honte de sa réaction puérile, honte d'elle-même. Son esprit retrouvait peu à peu de sa cohérence... peut-être parce qu'il s'éloignait légèrement de son corps brisé...

" Où... où va-t-on ? "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Dim 21 Nov - 7:31

    Une voix derrière moi se fit entendre, une voix plus vraiment humaine et qui me donna la chair de poule. J'eus toute les peines du monde à rester à peu près calme et ne pas péter les plombs.

    Kate : " T'inquiète pas pour ça... Elle ne veut pas que je lui ôte le contrôle, n'est-ce pas Kate... ? "

    Je me secouai mentalement, ne répondant pas à l'Eteshi. J'écrasai encore un peu plus l'accélérateur, l'aiguille frôla le nombre 170. Si je continuais, j'allais soit foncer dans quelque chose, soit ma voiture me lâchait. Dans les deux cas, ça ferait boom. Et avec nous dedans, je ne donnais pas grande chance à ce qu'on survive. À la suite de la réponse du Deka, une série de jurons à me faire moi même vaciller retentit. J'en eus le souffle coupé. Parmi les insultes et jurons, j'entendis des sanglots. Elle devait souffrir. Je laissai mes yeux braqués sur la route, évitant voitures et bâtiments. Je provoquai malencontreusement un accident lorsque je filai directement sous le nez d'un camion poids lourd, qui alla s'écraser contre quelques voitures. Ce n'était pas le temps pour les remords. Plus tard.

    Kate : Je suis... désolée...

    Au début, je croyais que c'était parce qu'elle n'en pouvait plus. Non! Crève pas!

    Kate : Où... où va-t-on ?

    J'ouvris la bouche pour lui répondre, mais ce fut un léger cri étranglé qui en sortit. Devant nous, une ligne de voitures de police, et tout plein de policiers, leurs armes pointées sur nous. Je fis la seule chose qui me traversa l'esprit. Je bifurquai brusquement vers la gauche, évitant de justesse une voiture. Une fraction de seconde plus tard, je croyais qu'on s'en était tiré. Mais des détonations retentirent par dessus les bruits de circulation. Deux balles traversèrent la fenêtre côté passager, à l'avant. L'une me frôla la joue, l'autre alla se ficher dans mon avant bras, quelques centimètres plus bas de mon épaule. Un réel cri de douleur m'échappa. Et ce ne fut que le cri de Von' dans ma tête qui me retint de flancher et d'aller nous encastrer dans un mur de briques. Les flics n'ayant pas du penser à ce que je tourne, cela prit du temps avant qu'ils montent dans leurs voitures.

    Nous avions pris de l'avance. Assez d'avance pour arriver là où je voulais. Nous étions dans une rue déserte, mal faite et abandonnée. Je garai ma voiture dans une espèce de garage qui n'en était pas un. Une toile grise bloquait l'entrée, et dès que nous fusses dedans, elle nous recouvrit. Une porte à ma droite était visible, qui nous amenait dans l'un des immeubles abandonnés, c'était une de mes cachettes, un endroit où il était peut probable qu'on nous retrouve. Ainsi cachées et hors de danger, je ressentis pleinement ce que nous venons de vivre.

    J'accotai mon front contre le volant, soufflant bruyamment. Puis j'éclatai en sanglots, tandis que Von' essaya de me remonter le moral. Sans penser à ma passagère à l'arrière - était-elle seulement vivante? - je rugis :

    - P*tain Von'! Ferme la et fiche moi la paix!

    Les larmes continuaient à couler, j'étais à bout de nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 22 Nov - 10:25

La douleur jouait un rôle étrangement paradoxale... C'était elle qui lui donnait envie de fuir la réalité, de se laisser tomber dans l'inconscience, d'abandonner... mais c'était également à elle qu'elle se raccrochait, à cette sensation brûlante et insupportable qui, semblable aux vagues, grandissait jusqu'à devenir absolument insupportable avant de se retirer légèrement... pour revenir à la charge quelques instants plus tard. Kate avait atteint un tel état d'accablement qu'elle se laissait emporter par ce flot sans même tenter de lutter. Elle aurait tout donné pour abandonner la souffrance, mais si celle-ci avait cessé, elle aurait certainement été incapable de rester éveillée plus longtemps.

Perdue dans le courant chaotique de son esprit, elle prit plusieurs secondes à se rendre compte que, de une, elle n'avait pas reçu de réponse à sa question, et que de deux, le cri qui s'était échappé des lèvres de la conductrice était de mauvais présage. La jeune femme eut à peine le temps de comprendre que le véhicule exécutait un brusque virage. Sa tête se cogna contre la portière et dans l'éclair blanc qui brisa son champ de vision déjà fort réduit, elle se demanda par quel miracle elle parvenait à rester consciente.

" Qu'est-ce qu'il...
commença-t-elle en un murmure inaudible.
- Les flics... lâcha Dahnrok. Ils sont plus efficaces que d'habitude.
- Merde " lança-t-elle pour la millième fois.

Echo parfait à ce juron, des détonations claquèrent derrière elle. En un réflexe de survie qu'elle ne croyait même plus posséder, elle se recroquevilla davantage contre la banquette et se rendit compte à cette occasion que ses mains avaient blanchi tant elle s'accrochait. Il lui restait finalement une force non négligeable, songea-t-elle avec ironie.

Le cri de douleur qui échappa à la jeune diez sur laquelle reposait leur survie à toutes les deux perça la brume de confusion qui l'environnait. Un élan de compassion vint presque immédiatement effacer la terreur qu'elle ressentit à l'idée qu'elle puisse les envoyer dans le décor. Machinalement, comme si cela pouvait changer quelque chose, elle l'encouragea mentalement de toutes ses forces.

" Euh... Kate ça va ? s'enquit Dahn' d'un ton amusé.
- Non ! Dégage ! " répondit-elle à haute voix.

Elle perçut alors que la voiture ralentissait enfin. Le regard braqué sur la silhouette trouble de la diez, elle constata très vite que sa vision s'obscurcissait encore davantage... Ce ne fut que lorsque la porte de ce qui devait être un garage claqua qu'elle comprit qu'elle était toujours bien consciente. Enfin, bien, peut-être pas, mais consciente oui.

Soudain sonnée par la sérénité qui s'était abattue sur elles, elle vacilla un instant au bord de... quoi ? À vrai dire elle ne savait pas exactement. Elle aurait probablement pu nager un long moment dans ce brouillard pour finalement sombrer, en douceur, sans réellement s'en rendre compte, si les sanglots de la diez n'avait soudainement retentit dans l'habitacle. Kate tourna un visage épuisé, marqué par la douleur vers la jeune femme. Elle la vit, tête appuyée contre le volant, une quantité importante de sang tâchant rapidement ses habits au niveau de son bras, et elle ressentit à nouveau cette étrange compassion pour la jeune diez... qui cria soudainement.

" Putain Von'! Ferme la et fiche moi la paix ! "

Kate sursauta, et avec une acuité des plus désagréables, elle perçut le flot de sang qui s'échappait de sa blessure et venait rejoindre celui qui recouvrait ses vêtements. Un léger gémissement parvint à se glisser entre ses dents serrées et elle se rendit compte en décrispant sa mâchoire à quelle point elle était tendue.

" On... on est à l'abri... constata-t-elle d'une voix rauque.
- Excellente constatation... " railla Dahn' dans son esprit.

Le silence semblait presque surnaturel. Kate prit plusieurs longues secondes à retrouver ce qu'elle voulait dire, ce qu'elle fit d'une toute petite voix :

" Merci beaucoup. "

Reprenant son souffle, elle ajouta en une preuve véritable de reconnaissance :

" Je m'appelle Kate... Banks, ajouta-t-elle après un infime temps de réflexion.
- Kate, c'est bien joli tout ça mais tu es en train de mourir. "

Elle eut une grimace et reporta son regard sur son manteau déchiré. Le tissu était noir, et pourtant on y voyait avec une évidence suffisante le sang qui l'imbibait à présent. Elle souleva péniblement sa main, surprise de l'effort qu'elle avait à fournir pour ce simple mouvement. Son bras lui semblait lourd et ses doigts étaient d'une pâleur effrayante. Avec difficulté, elle parvint à écarter les pans de son habit, dévoilant son haut qui, autrefois avait été blanc, et était teint à présent d'un pourpre sombre qu'elle aurait qualifié de "belle couleur" en toutes autres circonstances.

Une pointe de panique vint effleurer son esprit et elle se débattit soudain avec une violence douloureuse pour se redresser, faire quelque chose, faire quelque chose...

" Kate, arrête ça !! "

Elle l'entendit mais ne le comprit pas. Elle devait se lever, il le fallait... C'était une folie étrange qui s'était saisie d'elle, une folie qui ne faisait que grandir la souffrance, qui n'améliorait en rien sa situation... mais qu'elle était devenue incapable d'arrêter. Elle se débattait avec violence contre sa propre impuissance...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mar 23 Nov - 14:32

    J'étais dans les brumes, le front posé contre le volant, sanglotant, de plus en plus hystérique. Ce n'était pas tous les jours que je me battais contre des hommes armés, que je conduisais comme une folle pourchassée par des flics, et que je me faisais tirer dessus comme une vulgaire criminelle. C'était ce que nous étions qui nous avait mis dans la merde. Des Diez. Pff, pourquoi les gens de cette planète devaient-ils s'entretuer à cause de ce qu'ils étaient? Pourquoi ne pas essayer de s'aider, au lieu de faire des massacres? Pour ma part, j'adorais être seule, mais je ne m'attaquais pas aux autres, simplement parce qu'ils n'étaient pas de la même race que moi. Mes sanglots se transformèrent en une crise de larmes incontrôlables, et à mon plus grand bonheur, Von se taisait. Je n'entendis pas les paroles de la femme à l'arrière. Mais je me calmai lentement, lorsqu'elle me dit :

    Kate : Merci beaucoup. Je m'appelle Kate... Banks.

    Je hochai du menton, tournant momentanément mon regard ravagé par des sentiments mélangés, que ce soit une tristesse immense, de la douleur ou de la colère. Triste parce que j'avais vécu des choses traumatisantes, douloureuse car j'étais dans un état lamentable, et en colère car ... car j'en avais marre de cette guerre dans l'ombre, de cette haine contre les uns les autres. Alors que Kate essayait de bouger, moi je fus submergée par de la colère, et je frappai avec mon bras valide le volant de ma voiture déjà amochée, tremblante de rage. J'attendis d'avoir repris mon souffle et mes esprit pour ensuite sortir comme un volcan de la voiture, enfouissant ma douleur au fond de moi, ne pensant qu'à la femme sur le point de mourir. Il fallait que je fasse quelque chose.

    J'ouvris la portière arrière, mon bras blessé recroquevillé contre moi.

    - Attend, je vais t'aider. J'ai de quoi soulager ta douleur à l'intérieur. Et au fait, moi c'est Livana.

    Lentement, je lui offris mon bras valide pour qu'elle s'y accroche, l'empoignant par son épaule et la tirant hors de la voiture. J'essayais de lui faire le moins de mal possible, même si c'était difficile. La supportant le mieux possible, j'ouvris la porte, un pas à la fois, pour finalement se retrouver à l'intérieur. Les lieux avaient l'air abandonnés, mais pas déserts. C'était un lieu plutôt calme, discret, les fenêtres bloquées par des planches. Mais à l'intérieur, il y avait tout le nécessaire. Une salle de bain fonctionnelle, une chambre avec un lit, un salon plutôt petit mais avec un divan, et même une cuisinière et des vivres. C'était mon lieu de paix, de calme, et surtout un endroit que personnes ne soupçonneraient l'existence. Si par malheur quelqu'un tombait sur cet endroit, il n'y avait aucune chose qui se rattachait à moi. Rien du tout. Ils penseraient sûrement être tombés sur un lieu pour SDF. Je refermai la porte, emmenant Kate jusqu'au canapé. Peu importe si elle tâchait tout de sang, je nettoierais plus tard.

    - Reste là. Je vais aller chercher ...

    Je me tus, hoquetant de douleur, mon bras me faisant un mal de chien. Je secouai la tête, les larmes aux yeux, me traînant jusqu'à la salle de bain. Maladroite, je fis tomber la plupart des objets qui étaient dans l'armoire, mais retrouvais des calmants et du désinfectant. Je pris des serviettes propres et amenais le tout dans le salon, trébuchant à tous les deux pas. Mon visage commençait à virer au blanc craie, le sang continuant à tâcher mes vêtements. Je jetai presque ce que j'avais dans les mains sur la table basse, juste à côté de Kate. Je restai immobile, debout, et hésitante.

    - Je ... je suis désolée, je sais vraiment pas ce qu'il faut faire maintenant ... Je crois que tu devras te débrouiller seule là ... Il y a des désinfectants ... des calmants pour après, pour atténuer la douleur ...

    Je vacillai, louchant sur mon bras qui ne répondait plus du tout, et la place qui tournait comme si j'avais trop bu. Prise de nausées, laissant là mon ''invitée'', je trébuchai jusqu'à ma salle de bain, vidant finalement ce qui restait dans mon estomac. Le contrecoup, sûrement.

    _ Liv ... ça va? Non ... J'ai mal ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mer 24 Nov - 6:18

Kate s'agitait de plus en plus, soudainement rendue inconsciente du monde qui l'entourait. Seule demeurait le désir de... lutter contre la fatalité de la mort qu'elle sentait approcher, du sang qui coulait, encore et encore... Elle entendit la portière claquer, mais ne s'attarda pas sur ce son. Il lui semblait aussi que Dahn' lui hurlait d'arrêter, dans la périphérie de son esprit... Un courant d'air frais vint effleurer son visage et à travers la folie qui s'était saisie d'elle, elle perçut clairement trois mots...

" Attend, je vais t'aider. "

Comme si elle n'avait attendu que cette affirmation, une idée assez gênante pour quelqu'un qui avait toujours souhaité se débrouiller, elle cessa de se débattre.

" J'ai de quoi soulager ta douleur à l'intérieur. Et au fait, moi c'est Livana. "

Kate lança un regard étrangement calme à la jeune femme, alors que doucement lui revenait la conscience du monde... et par la même occasion, de son Eteshi.

" Qu'est-ce qui t'as pris, Kate ! Qu'est-ce que tu essayais de faire !!?
- Je sais pas... Dahn', s'il te plaît... tais-toi... "

La voix du Deka était trop stridente, trop... insupportable. Il poussa un grognement peu convaincu mais obtempéra. Il se rendait visiblement compte qu'il suffisait d'un rien pour la jeter dans le genre de précipice dont on ne sort plus.

La jeune femme aperçut alors la main secourable de la dénommée Livana et avec lenteur, elle s'y accrocha pendant que la diez la tirait hors de la voiture. Elle ne semblait pas en très bon état, elle non plus, et Kate maudit brièvement tous ceux qui estimaient que le seul moyen de trouver la paix était de maintenir la guerre. Elle avait fait parti de ces gens mais... mais ce n'était plus le cas, et d'ailleurs personne n'avait à le savoir. Elle avait déjà bien suffisamment d'ennemis chez les kiidas sans avoir besoin de s'en rajouter chez les diez.

Si Livana n'avait été là, il n'aurait fait aucun doute qu'elle se serait effondrée sur place. Il était même sacrément surprenant qu'elle puisse encore esquisser ne serait-ce qu'un pas... Elle ne voyait pas grand chose, le peu d'énergie qu'il lui restait trop occupée à maintenir son corps debout. Encore une fois, elle avait perdu tout notion du temps. Pour dire vrai, elle perdait connaissance à intervalle régulier, rappelée à l'ordre par le grondement de Dahn'. Elle se demanda brièvement s'il pouvait la maintenir ainsi éveillée éternellement et elle pria pour que ça ne soit pas le cas. Enfin, si on pouvait appeler "prière" la succession de mots incohérents qu'elle adressait au vide.

Finalement, il lui sembla s'effondrer et elle comprit qu'on l'avait posée sur... un canapé, ou quelque chose comme ça. Quoiqu'il en soit, quelque chose d'idéal pour piquer un somme...

" Non Kate !
- Pff...
- Reste là. Je vais aller chercher..." intervint alors Livana.

Confusément, Kate perçut la douleur dans la voix de la jeune diez mais elle comprenait à peine ce qu'elle disait. Elle comprit encore moins lorsqu'elle revint et murmura d'étranges paroles dont elle n'aurait certainement pas saisi le sens si Dahn' n'avait été là.

" Je... je suis désolée, je sais vraiment pas ce qu'il faut faire maintenant... Je crois que tu devras te débrouiller seule là... Il y a des désinfectants... des calmants pour après, pour atténuer la douleur...
- Merci. "
répondit-il machinalement sans être sûre que la diez l'entendrait, mais après tout elle s'en foutait.

Elle tourna lourdement la tête vers le matériel qu'avait déposé la jeune femme sur ce qui ressemblait à... une table. Elle entendit les pas de la jeune diez qui s'éloignait mais il lui fallait absolument s'occuper de ses propres soins si elle tenait encore un tant soi peu à la vie...

" Euh... Dahn'... je fais quoi, maintenant... ?
- Il faut désinfecter ta blessure, la panser très vite...
- Euh... "

Elle essaya de se redresser, et fut une nouvelle fois foudroyée par la douleur.

" Je... ne peux pas...
- Laisse-moi faire.
- Quoi ?
- C'est la douleur qui t'empêche de bouger. Je m'en occupe.
- Eh, attends... "

Trop tard. Elle ignorait que l'Eteshi était capable de tels miracles, si on pouvait appeler cela un miracle, mais celui-ci avait pris le contrôle de son corps à elle. C'était assez terrifiant, d'autant plus que celui-ci ne ressentait pas la souffrance qui la déchirait à chaque mouvement. Sans la moindre pitié, il la força à se relever et elle poussa un long gémissement en s'efforçant de retrouver la maîtrise d'elle-même.

" Dahn'... arrête... j'ai mal...
- Je suis obligé. " répondit-il froidement.

Il ne pouvait rien contre l'affaiblissement de son corps, mais lui n'était pas arrêté par la douleur. Avec lenteur, il parvint à écarter les pans de son manteau, arrachant des larmes à sa malheureuse hôte.

" Il faut que je t'enlève ça...
- Dahn'...
- Je suis obligé. " répéta-t-il.

Elle sanglotait à présent ouvertement. Chacun des gestes que lui faisait effectuer son Eteshi était insupportable.

" T'es vraiment en mauvais état... remarqua-t-il négligemment. J'arrive pas bien à te faire bouger. "

Elle ne répondit pas ni à cette remarque, ni à la suivante, énoncée avec une effrayante sérénité :

" Je ne suis pas sûr que tu vas survivre...
- La faute à qui ? " gronda-t-elle, s'accrochant à sa colère pour ne pas se laisser aller à la terreur.

Il ignora sa rage et parvint à force d'insistance à faire tomber au sol le manteau noire de Kate. Elle jeta à nouveau un oeil à la blessure qui la tuait lentement mais sûrement et acquit soudainement la certitude qu'elle allait bel et bien mourir.

" C'est pas encore perdu, Kate.
- Tu t'en fous tant que ça, que je meurs ? "

Il ne répondit pas et se servant de ses mains si pâles qu'on l'aurait déjà crue morte, il déchira le tissu qui recouvrait encore partiellement la plaie.

" On peut dire que tu as une sacrée résistance, Kate... reprit-il. Vu le sang que tu as perdu...
- Génial... "

Tâtonnant à la recherche du fameux désinfectant dont avait parlé Livana, elle finit par refermer ses doigts autour du flacon. Elle l'ouvrit prudemment et braqua le spray sur la blessure. Enfin, c'était Dahn' qui effectuait chacun de ses gestes.

" Tu vas avoir mal...
- J'ai déjà mal, Dahn'.
- ça va être pire. "

Sans attendre, il la fit appuyer sur le spray et des fines gouttelettes vinrent se déposer sur sa peau déchirée. Les poings serrés, elle attendit la brûlure qui ne manquerait pas de...
Elle hurla. Sa voix, rauque, brisée, résonna dans la pièce avant de s'éteindre dans un dernier gémissement.

" Je suis désolé... " lâcha Dahn'.

Elle avait trop mal pour relever l'excuse. Et pourtant, il était furieusement rare que le Deka s'excuse.
De toute façon, si ses excuses étaient sincères, cela ne l'empêcha pas de poursuivre son oeuvre.

" Reste consciente. J'ai besoin que tu sois là. "

Saisissant l'un des linges propres, il entreprit péniblement de le nouer autour de son torse.

" Il faudra améliorer ton bandage après mais pour le moment... il faut juste stopper l'hémorragie... "

Et il serra avec une vigueur que Kate était loin de ressentir au fond d'elle-même. Elle pleurait en silence et avait abandonné la lutte. Elle n'attendait plus que Dahn' la laisse enfin s'échapper dans l'inconscience.

" Voiiilà ! s'exclama-t-il d'un ton presque joyeux.
- Et... maintenant ?
- Maintenant, repose-toi...

Elle n'avait attendu que cela pour partir, et pourtant, elle ne pouvait pas... pas encore. Livana lui avait sauvé la vie, et elle avait probablement besoin d'aide. Elle lui devait bien ça...

" Kate... soupira Dahn' dans son esprit. Tu crois vraiment que tu es en mesure de faire quoique ce soit ?
- Oui..." gronda-t-elle, songeant au plus profond d'elle-même que non.

Elle voulut se lever, plus par principe que par réelle conviction. Comme elle s'y attendait, elle s'effondra littéralement et l'obscurité imprégna sa vision, encore une fois. Mais cette fois-ci, personne pour la rappeler à la vie. Elle en aurait pleuré de soulagement. Elle était cependant déjà bien trop loin pour cela...

Elle eut le temps d'espérer qu'elle se réveillerait. Puis elle perdit connaissance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Jeu 25 Nov - 15:01

[ XD ]

    J'entendis vaguement le hurlement dans mon salon, trop concentrée à vider le peu qui restait dans mon estomac, éclaboussant par la même occasion le plancher de sang venant de ma plaie au bras. Dans ma tête, le mot ''mal'' et quelques autres assez grossiers se mélangeaient. Je voyais double, alors que je reposais finalement ma tête contre le rebord, vidée. Ce fut la voix de Von qui me tira de cet état léthargique, et je découvris qu'effectivement, j'étais en train de me vider de mon sang. La balle était toujours fichée dans ma chair. À cette constatation, je gémis, à deux doigts de retourner la tête dans les toilettes. Je n'avais jamais eu aussi mal de ma vie.

    _ Liv, faut que tu enlèves cette cochonnerie de ton bras.
    _ Mal ... Ça va faire mal ...
    _ Arrête de geindre! Si tu le fais pas, tu risques de crever. Et j'ai pas envie que tu crèves.
    _ Pourquoi? Tu te fiches bien de moi.
    _ Non, pas du tout. Pourquoi crois-tu que je t'ai choisie comme hôte? T'es impulsive, fière et totalement folle. Et j'adore ça! Donc, je veux pas changer de corps.
    _ Merci ... soufflais-je, ironique.
    _ Allez, au boulot!

    Je grommelai quelque chose, mais me forçai à prendre appui sur la cuvette, pour me relever. Chaque mouvement me faisait mal, et encore plus lorsque je bougeai mon bras. Avec quelques serviettes, je nettoyais le sang au sol, pris une autre bouteille de désinfectant et des bandages. Titubante, je sortis de la salle de bain, et ouvris le réfrigérateur, et en ressortis une bouteille d'alcool fort. Oui, j'aimais bien boire, mais cette fois-ci, ça serait pour une autre chose. Lentement, je me laissai glisser contre le réfrigérateur, appréciant sa fraicheur, puis me retrouvai en position assise, les jambes étendues vers l'avant. Avec mes dents, j'enlevai le bouchon de ma bouteille, et bu la moitié de son contenu, me faisant tourner la tête.

    _ Hey, pas trop!
    _ La ferme.

    Bien engourdie, je relevai ma manche, examinant les dégâts. À la vue de ceux-ci, je faillis tourner de l'oeil.

    _ Reste avec moi, gamine!

    Je pris une grande inspiration, et tâtonnai ma blessure. Je pouvais sentir la balle sous ma peau déchirée. Les larmes me vinrent aux yeux, savant parfaitement que j'allais avoir très mal.

    _ Courage petite. C'est qu'une balle.
    _ Von' ... Et si je mourrais? J'ai perdu beaucoup de sang ...
    _ Tu mourras pas!
    _ Mais si oui ... Trouves toi rapido presto un autre corps et va avertir Lillie d'accord? C'est la seule que je regretterais de quitter dans cette vie pourrie ...

    Son silence me remplie d'angoisse. Des taches dansaient devant mes yeux. Vite, avant que je perde connaissance. Je tâtonnai encore une fois ma blessure, serrant les dents. La balle était juste là. Je pinçai les lèvres et me plongeai à l'eau. Mon hurlement déchira mes propres tympans et raisonna longtemps dans la pièce. En haletant, j'enlevai la balle de mon corps, la laissant tomber juste à mes côtés. Le flot de sang qui s'ensuivit me révulsa. J'eus toutes les peines du monde à prendre le désinfectant et à m'asperger ma blessure, m'arrachant un autre cri de souffrance, mêlé à une rage qui déformait mes traits, me rendant presque méconnaissable.

    _ Accroche toi!

    Je pris les bandages et recouvris la blessure, à grand renfort de gémissement et de grondements presque pas humains. Lorsque cela fut fait, je me calai contre mon réfrigérateur, tremblante. Sans vraiment y penser, je pris ma bouteille et la vidai d'un seul coup.

    _ Liv' ... est ... tiens ... reste ... moi ...
    _ Quoi? ... Von ... Je t'entend mal ...
    _ Reste ... Accroche ...
    _ Von!

    Je découvris que le bourdonnement que j'entendis recouvrait mes pensées, m'engourdissant et m'étourdissant. J'allais mourir? Aucune idée ... Je souris légèrement, plongeant de plus en plus profondément dans les noirceurs. Et je perdis connaissance, là, le menton posé sur ma poitrine, accotée contre le réfrigérateur.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Sam 27 Nov - 13:34

Spoiler:
 

L’inconscience... Kate savait trop bien que ce n’était qu’un piètre refuge face à la souffrance. L’unique différence entre l’éveil et ce sinistre sommeil, c’était que la douleur semblait plus lointaine. Mais elle restait là, brûlante, et ce n’était que la difficulté qu’une personne avait à penser lorsqu’elle s’était abandonnée à l’obscurité qui lui donnait l’impression que tout allait mieux...

Bien sûr, la jeune femme ne réfléchissait pas à tout cela. Elle n’avait plus la moindre force pour réfléchir. Elle s’était enfoncée bien au-dessous de la surface de l’océan déchaîné qui essayait de l’engloutir dès l’instant où la balle avait déchiré sa peau. Elle avait abandonné toute lutte, tout espoir. Une étincelle infime de conscience seule demeurait accrochée à son esprit, et tant qu’elle ne s’éteignait pas, elle resterait en vie...

C’était également ce dernier éclat qui lui permettait encore de percevoir confusément la douleur, et encore plus vaguement la... silhouette de Dahnrok. Il était là. Il veillait sur elle. C’était une étrange sensation.

De très loin lui parvint l’écho d’un cri. Les ténèbres qui ondulaient devant ses yeux tressaillirent, vacillèrent pour peu à peu laisser la place à un éclat incertain. Un hurlement, encore. Il résonna quelques instants à ses oreilles avant de devenir le reflet d’un son entendu il y avait longtemps de cela... Souvenirs...

« Kate... ne va pas par là... » chuchota une voix profonde.

Elle ne répondit pas. Elle n’en était même pas capable. Pas plus qu’elle n’était capable d’obéir à l’ordre qui lui avait été donné. Souvenirs...

Le passé devenait peu à peu sa réalité. La pénombre s’éclaircit encore davantage pour laisser apparaître une lumière floue...

« Kate ! Reviens ici ! s’exclama encore la voix.
- Chut... souffla-t-elle sans même en prendre conscience.
- Il ne faut... »

Le grondement de l'Eteshi fut couvert par un craquement abominable. Kate tressaillit. Elle eut soudain l’envie sourde de revenir en arrière, de ne pas s’abandonner à ses souvenirs mais ceux-ci s’étaient déjà emparés d’elle et le bruit de ce qui avait été brisé avait définitivement rappelé ces images anciennes à la vie. Ce qui avait été brisé... elle. Le goût du sang dans sa bouche, la souffrance du passé soutenue par la douleur présente revinrent, eux-aussi.

« Non... s’il te plaît... » souffla-t-elle en voyant danser à hauteur de ses yeux une barre à l'éclat métallique, en un écho de paroles prononcées des années auparavant...

Des rires. Mêlés de sanglots. Des insultes, des reproches, des cris de rage. Le sifflement caractéristique de quelque chose de lourd qui fend l’air, le craquement des os qui se brisent... ses os qui se brisent. Une douleur vive et qu’elle aurait cru disparue depuis longtemps fusa dans son épaule. Hurlement à nouveau. Le sien.

« Arrête !!! S’il te plaît... je t’en supplie...
- Ta gueule !

ça ne s’était pas arrêté... Les coups s'étaient faits sans cesse plus violents, la souffrance insoutenable. Elle avait perdu connaissance plus d’une fois. Et ils l’avaient réveillée, à chaque fois... Ce petit jeu avait duré longtemps...

Oh oui, elle se souvenait. Trop bien. Il avait été facile de faire semblant d’oublier. De tourner la page en faisant croire qu’il n’y avait plus de regrets, plus d’amertume. Mais elle se souvenait. Et si elle avait enterré chagrin et incompréhension... ils étaient toujours en elle. Les images défilaient de plus en plus vite devant ses yeux fermés, mais elle avait le temps d’en appréhender le sens. Elle ne reconnaissait plus réalité et rêve, et le hurlement qui lui parvint une nouvelle fois aurait tout aussi bien pu résonner dans la pièce où son corps reposait que dans son seul esprit. Après tout, c’était sans importance, le sens en était le même : douleur et rage de ne pouvoir se libérer...

« Kate, arrête ça ! ça ne sert à rien de retourner là-bas... »

Les images, teintées de sang et de violence, disparurent dans un éclat éblouissant pour laisser place à une immensité blanche et étrangement brumeuse. Dans ce nouvel univers qui se traçait dans sa tête se dessinait peu à peu... une silhouette. Immense.

« Dahn...? » chuchota-t-elle.

En réponse à sa question, l’Eteshi apparut bel et bien face à elle. Et pour la deuxième fois de sa vie, la jeune femme put admirer en face l’élégance sauvage de l’être qui l’habitait...

« Tu ne m’as pas aidée... murmura-t-elle, incapable de hurler sa rage, sa rancoeur, son chagrin. Ce jour-là... tu les as laissés faire...»

Elle frissonna. Si l’on considérait qu’on pouvait frissonner dans un rêve.

« Ils m’auraient tuée.
- Oui.
- J’ai mis des mois à m’en remettre...
- Je sais. »

Une voix vint s'immiscer dans l’immensité du silence qui suivit. Elle ne se souvenait pas l’avoir entendue, mais Dahn’, lui, sûrement. Un diagnostic des plus sinistres...

« Côtes brisées, épaules brisées, jambes brisées... je crois n’avoir jamais vu quelqu’un en aussi mauvais état... »

Elle tressaillit encore. Revenait le souvenir des longs mois qu’elle avait passé à s’en remettre... immobilisée, terrifiée au moins son qu’elle entendait, persuadée qu’ils reviendraient...

« Pourquoi ? Tu m’as toujours dit que sans ça, je serais restée attachée à eux mais...
- C’est la seule raison.
- Je t’ai supplié de m’aider...
- Je sais. »

Elle aurait dû à nouveau sentir les flammes de la rage et de la haine à son encontre, mais elle n’y parvenait même pas. D’une voix atone, elle lâcha :

« ça ne te fait rien, quand j’ai mal...
- Bien sûr que si. Je tiens à toi, Kate, l’air de rien...
- Ah oui ? Drôle de façon de me le montrer...
- Oh, ne te plains pas, la plupart des Deka détestent absolument tout le monde, même leurs hôtes. C’est bien pire que ta situation... »

Il rit. Puis d’une voix moqueuse, il ajouta :

« Si ça se trouve, tu serais morte sans ce qu’il s’est passé. Tu aurais été incapable de lutter contre la douleur aujourd’hui.
- Je m’en fous, je m’en serais volontiers passée.
- Au moins, tu as vu comme les êtres humains étaient réellement.
- Ils ne sont pas tous comme ça, Dahn’. Livana m’a sauvée la vie. Elle n’était pas... obligée de faire ce qu’elle a fait.
- Et alors ?
- Laisse tomber. »

Dahnrok s’était approché d’elle et avec un léger sourire, du moins ce qui s’en approchait le plus chez un tigre géant couvert de plumes, il reprit :

« Je suis pas venu ici pour discuter de nos opinions respectives sur l’humanité. À la base, je pensais plutôt... t’aider à te réveiller.
- Je n’ai pas envie.
- Il faut que je désinfecte de nouveau ta blessure. Et améliorer ton bandage.
- Laisse-moi dormir, Dahn’... J’en ai besoin...
- ça fait une journée entière que tu dors.
- Une journée ?
- Oui. Allez. Debout.
- Mais je ne peux...
- Tu as survécu à pire que ça ! Allez ! »

Et soudainement, l’univers blanc qui les entourait disparut, en même temps que la silhouette imposante du deka.

« Reviens, Kate ! »

Malgré elle, elle se sentait revenir à la réalité et elle se demanda un instant comment il faisait pour la faire se réveiller comme il l’entendait.

« Dahn’ ! Laisse-moi ! » protesta-t-elle.

Mais elle savait qu’il était trop tard. Elle revenait... La douleur n’était plus la même qu’avant, plus diffuse, plus supportable. Le sang rugissait à ses oreilles, mais c’était un son caractéristique du retour à la réalité. Elle ouvrit lentement les yeux et poussa un gémissement sourd lorsque la lumière, tranchante, s’enfonça dans ses yeux et vint marteler son crâne. Elle baissa immédiatement les paupières, alors que peu à peu elle retrouvait la sensation de son corps. Elle était consciente que dans son état, elle aurait dû rester dans l’obscurité encore longtemps, sans bouger, mais la situation ne le permettait pas... Chaque inspiration la brûlait mais... au moins, elle était en vie.

Elle rouvrit les yeux et son regard tomba malgré elle sur le bandage improvisé pas Dahn’ et elle eut un faible juron : celui-ci n’était plus blanc du tout...

« Tu vas pouvoir te débrouiller ?
- Ouais. »

Elle en doutait. Mais elle ne voulait pas se l’avouer. Elle se redressa avec lenteur, serrant les dents pour enfermer le gémissement qui voulait s’échapper de sa gorge. La lumière, trop vive, l’agressait violemment et tout tournait autour d’elle. Elle referma étroitement les paupières le temps de retrouver un semblant de stabilité.

« ça va aller, Kate ?
- On va faire comme si... »

Malgré elle, elle devait admettre qu’après avoir assisté à nouveau à ce qu’elle avait subit lui avait offert une certaine... distance, par rapport à sa douleur présente. Elle pouvait la supporter, elle avait connu pire. Les larmes aux yeux, elle détacha lentement le bandage. Le sang avait enfin cessé de couler, ce qui était plutôt normal après une journée entière de passée. Elle ne se sentait cependant pas le courage de désinfecter une nouvelle fois la blessure et pourtant, elle le fit sans hésiter : elle voulait juste en finir avec cette fichue situation. Elle gémit encore et eut un soupir entrecoupé de sanglots.

« J’en ai marre, Dahn’...
- Je te comprends. Allez, tu as presque fini... »

Elle acheva ses soins, mâchoires crispées, des larmes plein les yeux. Elle était très tentée de se laisser aller en arrière mais doutait d’être capable de se relever après, aussi demeura-t-elle immobile de longues secondes.

Soudain, elle se rendit compte de l’absence criante de la jeune diez qui l’avait amenée ici... Etait-elle partie ? Etait-elle inconsciente ? Elle l’ignorait et elle ressentit brutalement le besoin de le vérifier. La méfiance n’était plus vraiment de mise, aussi ne craignait-elle pas une quelconque trahison...

« Tu devrais.
- Je sais. Selon toi, je devrais me méfier de tout le monde, alors... »

Elle haussa les épaules et avec lenteur, elle se redressa. Là, vacillante, tout ce qui l’entourait se brouilla brutalement et elle fut forcée de fermer les yeux et de respirer profondément jusqu’à ce que ça aille un peu mieux.

« Kate, tu es complètement folle.
- Sûrement.
- Elle n’a pas besoin de toi.
- Peut-être pas. On va bien voir... »

C’était plus par besoin de faire quelque chose que par conviction. Elle n’était pas sûre de pouvoir être d’une grande utilité à la jeune femme mais au moins, elle n’aurait pas le sentiment de ne servir à rien...

D’un pas chancelant, s’accrochant aux murs, aux meubles et à tout ce qui lui passait sous la main, elle s’avança de quelques mètres. Elle essayait d’ignorer le rouge qui couvrait le sol mais c’était difficile...

« J’ai vraiment perdu tout ce sang ?
- Ce n’est pas que le tien.
- ça reste énorme.
- Oui. »

Elle ne savait pas exactement où elle allait. Son seul objectif était l’embrasure de la porte que ses yeux lui montrait, à quelques pas de là... Quelques pas qui semblaient furieusement éternels. Elle y parvint néanmoins, impressionnée elle-même par sa performance.

« Dis-moi, Dahn’, tu crois que c’est normal que j’arrive à marcher ?
- Je t’aide.
- Comment ça tu m’aides ?
- Je t’aide... et c’est tout. »

Elle n’avait pas le courage d’insister. D’autant moins en voyant l’état de la pièce dans laquelle elle entrait : le sol, rouge de sang, fut la première chose qu’elle vit. Puis son regard se posa avec douceur sur le corps affaissé contre le réfrigérateur. Livana. Elle eut peur un instant qu’elle ne soit morte, mais le flacon de désinfectant, la bouteille vide et les bandes posées à ses côtés démentait cette sombre idée : elle aussi avait dû se soigner. Chancelante, elle s’approcha d’elle, et malgré ces suppositions, elle ne pouvait s’empêcher de guetter un signe de vie chez la jeune femme.

« Kate, tu vas tomber...
- Mais non... gronda-t-elle.
- Si. Tu n’as plus de force. »

Elle devait admettre qu’il avait raison. Elle n’en pouvait plus. Elle maudit brièvement sa foutue fierté qui voulait absolument qu’elle se battre lorsqu’il n’y avait pas de raison de le faire. Se battre contre l’épuisement, contre la douleur, contre les regrets...

« J’en ai marre, Dahn’... »

Elle se laissa glisser au sol, adossée contre le mur et renversa la tête en arrière, les yeux fixés sur Livana en une forme d'appel silencieux.

Elle demeura ainsi de longues minutes, essayant de comprendre quelle était la vie de la jeune diez, son passé, son avenir... s'il existait un avenir pour un seul être sur cette terre.

Dans cette observation, elle recouvra peu à peu son calme et elle parvint à chasser son rêve de son esprit. Elle cherchait quelque chose à faire, mais pour une fois, elle avait envie d'être un tant soi peu raisonnable et de ne plus bouger... et regarder. C'était étrangement reposant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Dim 28 Nov - 10:25

    _ Von? Ma voix était faible, toute petite, dans mon esprit. Et elle résonnait. C'était étrange, quoi je ne ressentais plus rien, donc en fin de compte, reposant. Tout était noir, et j'avais l'impression de flotter. Au lieu de me mettre mal à l'aise, je me sentais beaucoup plus détendue, et en sureté.
    _ Liv! Ça va? Sa voix à lui était forte, grondante, puissante. Cela ne me fit pas mal au crâne, comme je m'y attendis. Une vague de chaleur me traversa, me donnant un sourire presque idiot sur le visage. Hmm, si je pouvais rester ici toute ma vie, ça serait parfait. Aucune douleur à supporter, souvenir à endurer.
    _ Liv? Von était inquiet. Pour moi? Ça c'était nouveau. De plus, je captais une touche enfantine, vulnérable. Je secouai la tête. Non, Von n'était pas comme ça. Vulnérable, je parle. C'était un espèce de lézard géant. Il était tout sauf faible. De ma toute petite voix, je lui répondis :
    _ Mmm ... Étrangement, oui.
    _ Tu es inconsciente.
    _ Et tu arrives à me parler? C'est possible?
    _ Je peux aller t'harceler jusqu'à dans tes rêves, alors, oui, c'est possible.
    _ Génial ...

    Le silence. Le calme.

    _ Von'?
    _ Quoi ... ?
    _ D'où viens-tu?
    _ Tu veux pas le savoir.
    _ D'accord.

    Je n'insistais pas. Ce n'était pas mon genre mais je comptais profiter de ce moment de solitude, malgré la présence de l'Eteshi à mes côtés. Je ne savais pas que c'était ça, l'inconscience. J'eus une pensée pour mon propre corps, là, affaissé contre le réfrigérateur de ma cachette.

    _ Von?
    _ Mmm ...
    _ Est-ce que ça ressemble à ça, la mort?
    _ Je l'ignore.

    Je soupirais. Mais je ne pouvais tout simplement pas me taire. Le silence était peut-être reposant, mais pour une fois que j'étais avec Vonldrann, seule, et sans rien pour nous déranger autour.

    _ Von ...
    _ Quoi encore?
    _ ...
    _ Liv?
    _ Pourquoi tu m'as choisie?

    Il ne répondit pas. Réfléchissait-il? Ou bien ne savait-il pas quoi répondre? Je me demandais bien pourquoi il m'avait choisi, moi, comme hôte. Qu'avais-je de si spécial? Rien du tout, selon moi. J'étais ordinaire. Une pauvre fille sans but, sans famille, sans vie en général. Une bonne à rien, alors.

    _ Ne pense pas ça.
    _ Tiens, tu te décides à me répondre ... Alors? Pourquoi moi?
    _ Parce que tu es forte, Livana.
    _ Moi? Forte? T'as vu comment j'ai chialé tout à l'heure?
    _ Crois moi, tu l'es. Je t'ai choisi comme hôte car je sais que tu seras une de ceux qui survivront.
    _ Survivront à quoi?
    _ À cette guerre, petite. À la chute de ce monde.
    _ ...
    _ Tu as un sacré caractère. Tu ne te laisses pas marcher sur les pieds, tu fonces, tu réagis au quart de tour. Si tu n'aurais pas fait ça, tout à l'heure, tu serais morte. Et il y a eu plus d'une fois où cela a failli arriver, juste dans la dernière journée. Les Kiidas, la police, la course poursuite à 180km/h. Les balles, le sang, les couteaux, les armes à feu. Mais aussi la peur. Tu n'y as pas succombé.
    _ Merci ...

    Je ne savais que penser. Ni quoi faire.

    _ Te réveiller, pourquoi pas?
    _ Mrgggg ...
    _ Allez, réveilles toi.

    Doucement, j'ouvris les yeux. Et tout plein de trucs me revola à la figure. Premièrement, la douleur, puis la lumière, et finalement, le sang qui tâchait mon bandage. En gémissant, j'essayais de bouger, mais je n'y arrivais pas. Je rouvris une paupière, regardant les alentours. Et je sursautai, ne m'attendant pas à voir la jeune femme, Kate, juste à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 29 Nov - 7:04

" Tu vas te rendormir... " remarqua Dahn' avec douceur.

Kate haussa les épaules avec un léger sourire. Elle se sentait presque bien. Epuisée, une douleur sourde grondant encore au d'elle, mais... bien. La tête appuyée contre le mur, assise face à Livana, elle écoutait un silence qui lui semblait presque parfait. Elle savait qu'il n'en était rien, rien que le son de son propre souffle tachait la pureté de cette absence de bruits. Elle n'allait cependant pas cesser de respirer juste pour ça...

Elle était bel et bien en train de s'assoupir lorsqu'un gémissement se fit entendre. Kate sortit doucement de son engourdissement et lorsque Livana ouvrit les yeux, elle croisa le regard souriant de la jeune femme. La diez eut un léger sursaut et Kate eut un rire léger et d'une voix encore un peu rauque, elle lança :

" Hé, c'est moi... Salut ! "

Le sourire dans ses yeux vint gagner ses lèvres :

" On est en vie. "

Elle retint le rire qu'elle sentait brûler au fond de sa gorge, ne comprenant pas entièrement d'où venait cette soudaine joie. Elle devait surtout admettre qu'elle craignait de réveiller la douleur en riant.

Elle aurait aimé se lever, pouvoir aider celle qui lui avait sauvé la vie mais restait consciente que s'effondrer et perdre à nouveau connaissance ne lui serait pas d'un grand secours. Aussi se contenta-t-elle de demander avec gentillesse :

" ça va ? Comment tu te sens ? "

La banalité de cette question apparaissait en décalage totale avec la situation qu'elles avaient affrontée, mais cette banalité apportait un semblant de stabilité qui détendait quelque peu l'atmosphère. Kate retenait à grand peine le fou rire libérateur qui menaçait de s'emparer d'elle.

Finalement, comme si celui-ci avait cherché un autre moyen de s'enfuir, son ventre gronda bruyamment et elle prit conscience à cette occasion qu'elle n'avait pas mangé depuis plus de vingt-quatre heures. Elle passa une main gênée dans la masse ébouriffée de ses cheveux et esquissa un sourire d'excuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Lun 27 Déc - 4:02

[HRP : Désolée mais le forum a une baisse d'activité, et moi une baisse d'inspiration :/]

    Malgré le sourire sympathique de Kate, je sursautai en la voyant, là, assise en face de moi. Je dus prendre quelques secondes avant de me resituer chez moi, et je découvris que j'avais perdu connaissance le dos posé contre le réfrigérateur. Le froid qui en émanait m'avait un peu engourdie, ce qui me permettait de ne plus vraiment ressentir la douleur dans mon bras. Cependant, cette sensation était bizarre, et je me sentais mal à l'aise, comme si je n'étais pas totalement réveillée.

    Kate : Hé, c'est moi... Salut !

    Son sourire me détendit un peu, et lentement, le coin de mes lèvres se retroussèrent en un semblant de petit sourire crispé. C'était le mieux que je pouvais faire en ce moment. Je la dévisageai, incapable de parler, la bouche pâteuse à cause de l'alcool que j'avais ingurgité pour calmer la douleur et me permettre d'extraire la balle.

    _ Je t'avais dis de pas tout boire.
    _ La ferme.

    Kate : On est en vie.

    Cette simple petite phrase me percuta de plein fouet. On était en vie. Je posai ma tête contre le réfrigérateur, prenant pleinement conscience de tout cela. Nous avions échappé à une mort atroce plusieurs fois en peu de temps, avec les Kiidas, la confrontation des deux Eteshi, la police, la course poursuite ... Mon sourire s'élargit, me donnant un air un peu niais ou dans les vapes, mais je m'en fichais.

    _ Von ... On a survécu!
    _ Il était temps que tu t'en rendes compte ...
    _ On aurait pu y rester mais on est toujours là ...

    Je m'étais mise à trembler, légèrement, hésitant entre chialer comme une gamine, ou éclater d'un rire hystérique.

    _ Calme-toi.
    _ Je fais ce que je peux ...

    Kate : Ça va ? Comment tu te sens ?

    Mon sourire s'élargit encore plus, alors que je disais :

    - Me sens mal ...

    Mais vivante, incroyablement vivante. Mes yeux gris révélaient cet état d'esprit, mon euphorie. Un grondement sourd me parvint, me faisant penser que Von' manifestait son désaccord sur mon comportement bizarre. Mais ce n'était pas lui. Je tournai la tête vers Kate, y découvrant son air gêné. Pour répondre à son sourire d'excuse, mon ventre se mit de la partie, lui aussi. Je réprimai un fou rire, mais j'avais le sourire fendu jusqu'aux oreilles.

    Lentement, prenant soin de ne pas faire de geste brusque, je tentai de me relever pour ouvrir le réfrigérateur. Lorsque je réussis à poser la main dessus, je l'ouvris, dévoilant le peu qui me restait. Mais juste assez pour deux. Je me tassai, dévoilant le contenu du réfrigérateur à la jeune femme.

    - C'est tout ce qui me reste.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   Mer 5 Jan - 3:53

Spoiler:
 

Ah ça, pour sûr, elles étaient dans un sale état ! Quand quelqu'un affirme aller mal en arborant un large sourire, ce n'est pas précisément un signe de bonne santé mentale. Cette pensée ironique traversa brièvement l'esprit fatiguée de Kate avant qu'elle ne se rende compte qu'elle n'avait pas grand chose à dire. Et elle devait admettre que les maigres provisions qu'avait dévoilées Livana étaient bien plus intéressantes que leur santé mentale, du moins dans l'immédiat. Elle avait faim. Une faim dévorante.

Malgré l'état pitoyable dans lequel elle se trouvait, elle parvint à se redresser. Vacillante, elle prit quelques secondes de repos avant de s'avancer vers le réfrigérateur ouvert. Elle imita Livana et s'empara de quelques provisions, avant de se laisser à nouveau glisser au sol.

Face à face, elles entamèrent leur repas improvisé et Kate recouvra un peu de son sang-froid. La nourriture lui rechargeait un peu ses batteries, que son sang répandu avait sérieusement vidée. Elle ne voulait pas encore penser à ce qu'elle allait faire dans l'immédiat, elle ne s'en sentait pas le courage. Silencieuse, elle se contentait d'observer la jeune diez qui lui avait sauvée la vie. Il était difficile de fraterniser avec des gens qu'on s'était juré de tuer, quelques années auparavant, avant de prendre conscience que l'on s'était trompé de route, et pourtant le malaise qu'elle ressentait habituellement à être en compagnie de ceux de sa race brillait étrangement par son absence.

" C'est sympa, ici... commenta-t-elle, désireuse d'en apprendre un peu plus sur son hôte. Comment t'as trouvé cet endroit ? "

Elle considérait toujours la jeune femme avec une certaine curiosité, et se rendit compte par la même occasion qu'elle n'avait que rarement eut l'occasion de parler avec une diez qui savait qu'elle-même en était une. Elle avait tellement pris l'habitude de dissimuler sa vraie nature qu'il était difficile de se faire connaître de ceux qui auraient pu l'accepter... Sans qu'elle ait le temps de retenir ses propres mots, une question qu'elle s'était posée de nombreux mois durant fusa :

" Et... tu t'entends bien, toi, avec l'autre dragon, là...
- Je te signale que le dragon en question t'entend, Kate... et que t'es pas précisément polie, gronda Dahn'.
- Il a essayé de me bouffer, il n'a pas à se vexer " riposta la jeune femme en haussant les épaules.

À cet instant, brisant la quiétude étrange qu'elle ressentait jusqu'au fond de son corps engourdi, une sonnerie électronique retentit dans la petite pièce. Avec un manque d'enthousiasme flagrant, Kate sortit son portable de sa poche. Elle se souvint brusquement que ses collègues l'attendaient au laboratoire la veille et constata rapidement qu'il s'était inquiété de son absence : cinq appels en absence et une dizaine de messages pour lui demander quand elle comptait revenir, si elle allait bien, ce qu'il se passait... Elle hésita quelques secondes à leur répondre, avant de songer que s'ils avaient attendu jusque là, ils pouvaient bien encore attendre un peu.

Cependant, ce retour à la réalité la força à considérer son avenir immédiat. Elle était encore bien trop faible pour rentrer chez elle mais elle se voyait mal demander asile à la jeune femme... pourtant avait-elle le choix ? Il lui faudrait peut-être quelques jours pour se sentir capable de retrouver sa maison, et plus d'une semaine pour retourner à son travail. Mais elle préférait songer à ce qu'elle devait absolument faire dans l'immédiat, à savoir se nourrir, se changer, parfaire ses soins... après tout dépendrait de Livana. La mine soudainement plus sérieuse, l'air de rien, elle s'enquit alors :

" Tu vas faire quoi, maintenant ? Enfin je veux dire... avec tout ce qu'il s'est passé, et tout... on va sûrement devoir se faire discrètes... on sait jamais... "

Pour sa part, elle ne s'inquiétait pas particulièrement. Elle connaissait trop bien la situation désagréable d'être traquée, et s'y était habituée, mais ce n'était peut-être pas le cas de la jeune femme. Quoique, elle s'était battue avec férocité...

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si j'étais toi, j'irais pas par là... mais je ne suis pas toi... [Livana]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SKYE + " J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. " (Grey's Anatomy)
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» J'irais jusque là !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA MONTRE et autres... :: Rues, avenues et ruelles-
Sauter vers: