Histoires en tous genres
 
AccueilPartenairesFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il était une fois - Contes pour enfants

Aller en bas 
AuteurMessage
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 11:42

COMME MACE JE ME DONNE LE DROIT DE POURSUIVRE EN JUSTICE QUICONQUE OSERA S'OCTROYER LE DROIT DE DIFFUSER CES HISTOIRES ALORS QU'ELLES SONT A MOI !




Ici, les histoires pour enfants... ou pas, que j'ai décidé d'écrire...


1 - Du Dragon et des Autres...

♠ - raou - ♠

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 11:48

Du Dragon et des autres…
Sous la colline qui longe la Sainte Baume, depuis très longtemps, se sont tues des centaines de milliers de créatures dont on pensait qu’il ne s’agissait que de simples êtres créés par les hommes. Elles ont bel et bien existé ces créatures, et elles existent encore :

Il y a près de douze mille ans, un immense Dragon dont les écailles souples étaient d’un vert d’émeraude, dont les cornes enroulées sur elles-mêmes et les dents jaunes étaient usées par le temps et les combats qu’il avait fait durant toute sa vie, dont les yeux d’un bleu nacré ne montraient pas la moindre parcelle d’hostilité envers qui que ce soit, s’arrêta au pied de la Sainte Baume, cette grande et belle Montagne du Sud de la France. Il venait de faire un long voyage, et se sentait fatigué ; alors, il se coucha au pied de la Montagne, et s’endormit d’un sommeil profond ; depuis, il respire tous les sept cents ans, et il va bientôt mourir. On ne sait pas, si l’on va visiter la grotte où une église a été construite, qu’en réalité, au lieu de marcher sur ce sol, parfois boueux, parfois plein de gravillons, on marche sur ce vieux dragon que la forêt a mielleusement recouvert ;
Cette forêt, qu’a-t’elle de si impressionnant ? Ses arbres sont d’une beauté rare en ce monde, et ils sont grands, et ils ont l’air vieux aussi. Mais, si l’on y prête bien attention, ce ne sont pas de simples arbres, toutes branches dehors : si l’on sait où observer, de quelle façon regarder certaines ramures, comment se placer pour voir des formes se dessiner sous nos yeux ébahis, nous pouvons découvrir une Forêt non pas composée d’arbres indifférents, mais bien de ces arbres mythiques dont on dit qu’ils parlaient avec les Esprits des Bois et qu’ils pouvait marcher, les Ents. D’impressionnants êtres de bois, et pourtant dotés, durant une époque, de parole et de gestes. Oubliés de tous, ils se sont posés sur cette Montagne, par-dessus le Dragon endormi, sans même le savoir, il y a environs 10 000 ans, et ce pour veiller sur les vies alentours, tout en restant assez éloignés des villages humains, trop bruyants à leur goût, sans pour autant les perdre de vue. Car malgré leur air figé, ces êtres peuvent tout de même se mouvoir encore quelque peu. D’ailleurs, personne ne peut ignorer que, de temps en temps, comme s’il s’agissait des actes du vent, les vieilles carcasses pleines de bonté de ces êtres bougent, sans s’empêcher de grincer comme s’ils parlaient. Ils se chauffent un peu les articulations.
Un Dragon qui dort, des arbres qui nous surveillent ? Et puis quoi encore ? Y’a-t-il aussi des chauves-souris dans la grotte qui sert d’église au petit village installé tout en haut de la Sainte Baume, qui se transforment en vampires la nuit venue, et ne se contentent que de sucer le sang aux gargouilles tentant vainement de détruire le Monde des Humains ? Non, il n’en est rien. En tout cas rien de cet ordre.
Sur le chemin, qui est gravillonné et boueux, on ne voit rien d’étrange, des marques trop effacées pour que l’on se rende compte de quoi que ce soit, excepté à un endroit : dans cette forêt emplie d’Ents, sur ce vieux Dragon, alors que l’on gravit cette étrange montée qui mène à ce fameux village et à cette fameuse grotte, l’on peut s’arrêter à une petite fontaine, formée par un simple bac en plâtre et une margelle – enfin, c’est ce à quoi ça m’a fait penser – et un morceau de tronc d’arbre, par lequel l’eau claire, limpide et glacée sort, qui ne paye pas de mine. Sur un côté de cette petite margelle, il y a une empreinte, une empreinte de sabot de cheval plus exactement, un cheval simple apparemment. Et pourtant. « Mais pourtant quoi ? » vous dites-vous. Et pourtant vous ignorez que des créatures qui ont longtemps hanté nos imaginaires se réunissent chaque nuit pour parler de notre planète Terre, de son commencement et de sa fin. Cette empreinte n’est pas celle d’un cheval parfaitement banal, avec une tête de cheval, une crinière de cheval, un garrot de cheval, des sabots de cheval et une queue de cheval : il s’agit en réalité d’un sabot de Centaure.
Il existe trois sous-races de Centaures : les Equidés, les Ovidés et les Cervidés. Les Equidés sont les Centaures issus d’un mélange entre un cheval, ou un poney et un Être humanoïde. Les Cervidés sont les Centaures résultant d’un mélange entre un cerf, un caribou, un daim ou autre créature de cet ordre et un être humanoïde. Et les Ovidé – qui sont aussi appelés Faunes – sont mi-boucs ou chèvres et mi-humanoïdes. Les gens ne connaissent que les Equidés. Ces êtres ne discutent pas, chaque nuit menée sur notre Monde, seulement entre eux : ils se réunissent avec des Fées, qui prennent généralement forme d’insectes le jour ; les Fées Kiis, qui brillent d’une vive couleur rouge à rosée, deviennent des coccinelles sous les yeux des enfants, celles qui sont d’une lueur bleutée, les Chiis, prennent la forme de libellules, et celles qui luisent d’un jaune doux et mielleux, les Biis, ressemblent à des abeilles.

Peu de temps après que les Ents se soient installés sur le vieux Dragon, les animaux ont commencé à venir de plus en plus nombreux dans ces bois nouveaux. Et d’autres créatures encore ; comme les Centaures et les Fées. Au départ, hostiles envers leurs voisines Fées, les Centaures, qui sont plutôt du genre à ne pas partager leurs territoires livrèrent bataille contre les petites créatures magiques. Pendant quinze ans, ces êtres se sont fait la guerre, sans essayer d’autres techniques que la violence. Puis un jour, au beau milieu de la nuit, alors que les Fées étaient en train de disparaître, et les Centaures semblaient mourants, alors que se profilait la toute dernière bataille de leur vie et pour leur territoire, Il apparut. « Mais qui ‘Il’ ? » allez-vous me dire. Personne en particulier, juste Lui, le seul, l’unique. L’Oiseau Roi qui, d’après la légende renaît de ses cendres, l’Oiseau de Feu régnant sur la Paix des Mondes. Le Phénix lui-même. Il apparut donc face aux Centaures et aux Fées qui s’engageaient dans leurs dernières luttes. Tous restèrent alors muets et interdits, regardant cet être unique comme plus qu’un Dieu – car il est réellement bien plus qu’un Dieu – qui venait d’apparaître sous leurs yeux médusés. Dans un hurlement, il leur fit comprendre qu’il était mécontent de leurs agissements, de leurs sottises ; il les avait envoyés jusqu’ici pour qu’ils aident les Ents à veiller sur les Humains, et non pour qu’ils se battent. Alors honteux d’eux-mêmes, les Centaures et les Fées firent la paix, et vécurent ensemble pour veiller sur nous.
Oui, ces êtres sont sur notre Terre uniquement, comme les Ents, pour nous observer en cachette, et en aucun cas nous nuire. De toute façon, même si nous voulions les voir, cela nous serait impossible, pour la simple raison qu’il y a au moins un centaure qui veille à ce qu’il n’y ait personne sur le chemin, auquel cas tous se cachent alors et attendent d’être à nouveau seuls pour se retrouver.
Cependant, vous vous direz certainement « c’est fini, il n’y en a plus, de ces créatures qui n’existent pas » mais, à votre grand dam, ou à votre grand bonheur, non : ce n’est pas fini. Loin de là même !

Il y a des êtres, qui vivent en groupe, tels des Loups. En effet, les Chevaucheurs de Loups, comme on les appelle, ou Pillards, envoient généralement les plus jeunes surveiller, ou plutôt protéger les alentours. Ce sont des jeunes à peau verte, sans odeur et qui sont envoyés sur Terre dans le but de passer leur épreuve du passage au stade adulte.
Les Amérindiens envoyaient les adolescents dans la forêt loin du village jusqu’à ce que ces derniers voient un animal, le premier depuis le début de leur vie solitaire, et leur symbole jusqu’à la fin de leur vie ; eh bien les Pillards envoient leurs enfants protéger la Terre et d’autres mondes semblables au nôtre. Ils rôdent, mais savent rester discrets. Personne ne les remarque jamais. Ils sont dans les parages de cette forêt, pour voir si personne ne vient faire du tort. Pourtant leurs animaux, bien qu’on les appelle comme ça, ne sont pas des loups, ils sont le mélange hideux entre des sangliers, des renards et des hyènes, et font le double de nos animaux domestiques à nous ; de plus, ce ne sont pas du tout des animaux faciles à cacher. Mais alors comment cela se fait-il qu’on n’ait jamais entendu parler d’eux ? Certains ne les ont jamais vus, mais les autres ont juré le silence, et font semblant d’ignorer leur existence…

A la cime de certains arbres, il y a des grandes toiles en forme de cocons. En réalité, il s’agit de Lucioles des Bois ; c’est un certain type de Fées qui dort le jour et veille sur les dormeurs la nuit, quand tout est calme. De temps en temps, lorsqu’elles savent que les gens qu’elles surveillent dorment très profondément, elles arrêtent de voleter, et s’assoient aux côtés de leurs protégés ; leur ventre devient alors luisant comme celui des lucioles. C’est pour cela qu’elles portent ce nom.
Toutes ces créatures, comment sont-elles venues jusqu’à notre Monde, croyez-vous ? Comment ont-elles su se frayer un chemin si habilement jusqu’à des lieux tels que la Sainte Baume sans que nous nous rendions compte de cette invasion ? Tout simplement parce que ces êtres ont un endroit secret, par lequel ils peuvent entrer et sortir à souhait de notre monde, pour retourner sur le leur. Un endroit secret parce que même si nous passons devant, nous ne savons pas que c’est une porte vers d’autres univers, un endroit qui pourrait rester sous notre regard pendant des années sans que nous ayons peur pour notre santé ou notre progéniture, tout simplement parce qu’il est absolument impossible pour nous de passer par cet endroit pour traverser les mondes : nous n’avons pas « les compétences requises » pour cela. Cet endroit, ça peut être une grotte – pas assez simple – ou un terrier – trop petit pour certaines créatures comme les Loups ou les Centaures – mais c’est quelque chose de plus... de moins…
Cet endroit n’est rien moins qu’un arbre. Mais attention, pas n’importe quel type d’arbre : ces portes entre les mondes se trouvent dans les creux des gros arbres dont le tronc a été rongé par on ne sait quels types d’insectes étranges. Toutes ces créatures qui peuvent passer de notre Terre à la leur en sont capables car elles ne sont pas humaines : elles sont magiques. Nous ne pourrons jamais passer par là car jamais nous n’aurons assez de magie en nous et cela même si nous sommes d’excellents conteurs et même si nous avons trop d’imagination. L’être humain n’est pas une créature magique, et bien qu’il croit en elle, ce n’est pas assez pour que cette Magie puise se montrer à ses yeux. Ces arbres si étranges s’appellent Ko.


Voici à quoi ressemblent, si l’on se laisse bercer par notre imagination, les environs de la Sainte Baume, mais il y a tant d’autres endroits à découvrir, à comprendre, à traduire et à partager…

Je dédie cette courte histoire à mes Loups,
Ainsi qu’à Sandrine.


♠ - raou - ♠



Dernière édition par Lillie Maxwell le Dim 17 Oct - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 12:14

La première réaction que me vient à l'esprit c'est: "Mais zut! Moi j'ai envie d'avoir cette magie!" XD C'est frustrant de croire en quelque chose qu'on ne peut pas voir et qui, en soi, ne sera jamais connu des humains. Vraiment frustrant...

A part ça (xD), c'est beau, c'est bien imaginé ^^ Les noms des fées, c'est toi qui les as inventés?
Revenir en haut Aller en bas
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 12:19

A vrai dire, même le nom du Ko, je l'ai inventé ; il se trouve que ces histoires, je les ai racontées pendant que je trimbalais un groupe d'enfants à la Sainte Baume. Ils arrêtaient pas de poser des questions, et je me suis rendue compte que les lieux se prêtaient à la magie.. Alors j'ai joué avec leur esprit ^^^


Voici la suivante :



Le Château de mon Enfance.

_ En avant mes fidèles compagnons ! Le Grand Dragon arrivera bientôt. Préparons-nous.
Dans le grand Château Rouge, au milieu de la jungle, les petits Chevaliers du Temps seront bientôt prêts. Ce ne sont pas des adolescents, le plus vieux, Math, a 11 ans. Dans la cours, derrière le Grand Château, les parents mangent encore. Les petits Chevaliers, eux, ont déjà mangé pour prendre des forces car ils ne vont pas tarder à affronter leur pire ennemi, le Dragon Noir qui se rapproche inévitablement.
_ Faisons vite, hurle Mathieu dit « le Brave » à ses amis. Le Grand Gzidil ne tardera pas.
_ Tu as raison, mon ami, répond alors Jean dit le Grand. Il faut nous dépêcher, sinon notre belle Cité sera détruite.
Cependant, peu sont vraiment à l’œuvre : Alexandre le Mince court encore après la jolie Florentine car elle ne veut pas lui rendre son Épée de l’Eau, Nasta la Douce discute avec les frères Georges le Simple et Alfred le Sage, tandis que d’autres jouent encore avec leurs parents. Le soleil tape fort, aujourd’hui ; finalement, Georges le Simple et Alfred le Sage retournent dans les forteresses monter la garde en tournant par les quatre couloirs principaux, c’est à dire celui de l’Est pour l’Eau, du Nord pour la Terre, du Sud pour le Feu et de l’Ouest pour l’Air, et Jérémie le Bel appelle Nastasia pour qu’elle l’aide à monter la garde en bas.
Johanna, la Magicienne du Clair-Obscur, est la seule à rester avec ses parents, elle les regarde manger. Alors qu’elle va pour prendre juste une seule petite bouchée de pomme de terre – qui ont savamment été cuites avec de la viande de bœuf vert venant directement du Royaume de PurLand – Mathieu vient la voir :
_ Vite, Johanna, il faut nous dire si le grand Gzidil va venir bientôt, ou si on a le temps de se préparer ! C’est urgent !
_ J’arrive, fait la petite fille de cinq ans avant de prendre tout de même une bouchée de pomme de terre.
Voyant qu’elle ne viendra pas d’elle-même, le gamin tire son amie à l’intérieur de l’immense bâtisse, en passant dans la Tour du Feu, où Nasta regarde au loin.
_ Attention, crie Georges en bousculant ses deux camarades.
Arrivés au milieu de la longue passerelle qui offre la vue sur le ciel, Math s’arrête, imité par la fillette, qui regarde à son tour, et en fermant un œil, au loin. Elle ne dit rien, tout simplement parce qu’elle se concentre, révélant ainsi par son silence le brouhaha vrombissant que font les autres, en bas, non loin, ainsi que celui des parents qui parlent entre eux.
_ Je vois… commence-t-elle.
_ Qu’est-ce que tu vois ? Demande l’enfant à ses côtés, impatient d’avoir de bonnes nouvelles.
_ Je vois le Dragon. Mais il est loin, très loin encore. Il vole avec lenteur, parce que le Vent est contre lui. Vous avez le temps de vous préparer.
Elle ouvre ses petits yeux verts pour découvrir ceux d’un Mathieu tout content qu’ils puissent se préparer à cet assaut, qui sera le dernier pour le Dragon. Il n’avait pas à chercher bagarre. Il est heureux de savoir que les Éléments sont avec eux. C’est très bon signe. Alfred sort son gros révolver à rayons laser destructeurs de métal, et fait un clin d’œil à Math alors que Johanna demande avec espoir :
_ Je peux y retourner, maintenant ?
_ Ouais, vas manger avec tes parents, répond son ami.
La petite est ravie, elle vient d’entendre ce qu’elle avait envie d’entendre ; alors elle se précipite en bas, en bousculant la pauvre Nasta qui s’écrie alors :
_ EH ! Fais gaffe où tu vas !
« Oups » est la seule réponse de la petite fille aux cheveux roux qui retourne voir ses gentils parents manger. Ces dernier la regardent – comme d’habitude – tel un bijou tout en avalant quantités de ce liquide noir appelé OstaRoka ; sa mère se penche sur elle et lui fait un baiser sur le front.
_ Alors ma chérie ? Demande-t-elle en tendant à sa fille son bœuf. Comment se passe cette histoire ? Vous vous en sortez ?
_ On va tuer le grand Gzidil, répond la gamine en prenant une grande bouchée sur son pain refermant le bœuf vert. Ouah ! Il est trop bon ce bœuf !
Ses parents se regardent en souriant. Qu’elle est jolie leur petite, avec ses airs de grande. C’est normal, c’est Leur petite !
_ Bon, coupe la gamine. Il faut que j’y retourne !
Avant même que ses alleux aient eut le temps de dire ou faire quoi que ce soit, la petite s’en va, toute pimpante, et retourne s’équiper auprès de ses copains.

_ Ma chérie, appelle sa mère alors qu’elle peut encore l’entendre. Tu ne voudrais pas ton joli…
_ Non merci maman ! Répond l’enfant avant que sa mère n’ait fini en regardant Nasta lui sourire. Pas besoin de ce genre d’équipement ! J’ai déjà du solide !
_ Alors à plus tard, ma puce !
A ces mots – qui sont ceux du père de son amie – Nastasia la Douce éclate de rire, un rire si beau et cristallin que tous s’arrêtent un court instant pour l’entendre, au moins une seconde, puis repartir. La plus vieille s’approche de la plus jeune et lui donne une petite tape sur l’épaule.
_ Ils n’arrivent toujours pas à se faire que tu es une Super Guerrière ! Quand on aura tué le Dragon, ils comprendront à quel point t’es forte, et ils verront aussi que t’as pas besoin de leur matos, même s’il est joli.
_ Ouais, t’as raison !
Les deux copines rigolent ensemble, et attiré par cette douce mélodie, Alfred stoppe sa tournée dans le tuyau des meurtrières, entre la Tour Nord et la Tour Ouest. Il les observe, surtout Nasta, qu’il aime bien. Florentine arrive à son tour ; les filles parlent, rigolent ; au dessus, Alfred les regarde… lorsque quelque chose le percute de plein fouet sur le côté !
_ Mais fais attention où tu vas Georges, crie-t-il.
_ Oh ! Désolé ! Mais t’es pas sensé tourner, toi aussi ? allez, au travail !
A contrecœur, le petit retourne dans sa tournée, laissant alors les trois filles à leurs discussions, aussi passionnantes soient-elles.
_ Bon, les amis, crie Math. On va s’entraîner, maintenant. Je vous appelle au fur et à mesure, et les autres continuent de monter la garde. Alors maintenant, j’appelle Jérémie le Bel !
_ J’arrive, répond le petit en finissant de descendre la Tour de l’Ouest de l’Air. Je te préviens : j’ai tellement envie de tuer ce monstre que s’entraîner ne servira à rien.
_ S’entraîner sert toujours, rétorque avec le sourire Nasta.
Les deux gamins s’entraînent alors que leurs amis tournent autour, et montrent la garde. Pour sa part, Johanna les regarde. Ça dure une dizaine de minutes, pendant lesquelles les parents observent avec tendresse leurs petits Chevaliers faire leurs manœuvres ; les oiseaux chantent, la forêt danse, le Dragon se rapproche…
_ J’appelle Jean le Grand.
_ Je suis là ! Lance son meilleur ami remplacé par Jérémie dans sa tournée…
Encore dix minutes passent, au bout desquelles le gamin appelle Georges, Alfred, Alex. C’est à ce moment que la mère de ce dernier arrive :
_ Mon chou, il faut y aller.
_ J’arrive, maman. Attends juste quelques secondes.
Alex fait un clin d’œil à son ami et lui rend son arme magique. Le Glaive de la Foudre servira plus tard.
_ Tu reviendras ? Demande alors Math ?
_ Bien sur ! Il ne faut pas que Gzidil meure sans moi !
Les uns après les autres, les enfants rejoignent leurs parents ; tous jusqu’à Math, le dernier de la bande. Il va déposer les armes dans l’armoire prévue à cet effet, puis retourne auprès de sa mère qui l’attend, toutes les affaires sous le bras. Elle lui prend la main et ils tournent finalement le dos à ce grand Château qui les a accueillis.
Ce dernier commence d’ailleurs à devenir de plus en plus petit, les couleurs rouillées commencent à être remplacées par celles de la peinture qui ressort ; puis apparaissent à nouveau les tables, les chaises, les cris des oiseaux sont remplacés par ces vrombissements que nous connaissons tous.
_ C’était bien mon cœur ?
_C’était génial ! Répond Math avec entrain. J’avais entraîné quasiment tous mes soldats ; il ne manquait plus que les filles.
_ Ça sera pour plus tard.
_ Ouais ! De toutes façons, le Dragon n’est pas prêt d’arriver d’après Johanna, notre magicienne.

Non loin, le jeune homme qui nettoie la cour du château observe, en balayant, le petit garçon et sa mère partir. Ils ont oublié encore un des bâtons, qui reste par terre, terne et sec. Il se penche pour le ramasser, le prend délicatement et va le ranger avec tous les autres. Le vent souffle doucement dans les cheveux du gamin qui s’amuse avec ses mèches.
« Les enfants » pensent en même temps la mère et le serveur, « ils devraient rester comme ça toute leur vie. »
_ Maman, dit-il. Samedi prochain, on retournera à Macdonald ?
_ Oui, mon cœur. On y retournera.
J'adresse cette petite histoire à mes Lutins et Louveteaux:
Naïla, Carmen, Julie, Malorie, Raphaël, Martin,
Nikola, Léo, Gregory, Ryan et Pierre.
merci mes petits choux de me faire vivre tant d'aventures inoubliables !
Merci du fond du Cœur !

♠ - raou - ♠



Dernière édition par Lillie Maxwell le Dim 17 Oct - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 12:40

Waw... Pour être dépaysant, c'est dépaysant.. xD J'adore la coupure à la fin! Very Happy Le fait qu'on ait vraiment la certitude que tout ça n'était pas "réel" avec le "Samedi prochain, on retournera à Macdonald ?" ^^
Revenir en haut Aller en bas
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 12:45

Voui, c'était fait exprès ^^^

Se souvenir de l'enfance ; quel bon moment ! je me souviens que quand j'étais petite, j'étais tellement perdue dans mes histoires que c'était dur d'en ressortir ; c'est en allant manger à McDo et en voyant deux gamins jouer aux chevaliers que j'ai eu cette idée ^^^

D'autres histoires pour enfants ou d'autres histoires tout court ?
Des histoires gores ou des histoires fantastiques ?

♠ - raou - ♠

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 13:47

De tout!!! \o/
Revenir en haut Aller en bas
Rena Circa le Blanc
Le Gardien - Détenteur de l'Incanticon

avatar

Messages : 717
Date d'inscription : 20/08/2010
Localisation : Par ci, par là...

Carte d'Identité
Race: Humain
Appartenance: Agolarions

MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   Dim 17 Oct - 14:00

Alors, là... un petit sketch (impro) que j'ai fais avec un super ami à moi, et que j'ai vite vite réécrit puisqu'apparemment, ça a pas mal fait rire de gens :

Le flic et le Coureur.

Un coureur fait un marathon à sa vitesse, c'est-à-dire pas très rapidement. Il est dépassé par une fillette. Il est arrêté par un policier qui siffle ou qui se positionne seulement devant lui. Pendant toute la discussion le coureur continue sa course sur place.
À savoir : le policier est muni d'une canne de CRS ainsi que d'une paire de menottes, et le coureur n'a qu'un string, une paire de basket avec un lacet rouge et un lacet jaune et son dossard avec son numéro. Le policier restera très calme et patient, ne rira jamais face au coureur qui ne cessera de gesticuler et de faire de multiples mimiques.


Le flic siffle et lui montre une place sur le côté à côté de lui. Il semble très fermé. D’abord, le coureur regardera autour de lui et, comprenant qu’il est le seul, se résout à se poster près du policier.


Coureur : (accent belge) Mais qu'est-ce que j'ai fait ?

Policier : (amenant le coureur au centre de la scène et en lui montrant le chemin) Vous voyez ce que c'est ça ?

Coureur : Bah... c'est du béton ?

Policier : ... C'est une route. Et c'est quoi comme route selon vous ?

Coureur : Où roulent les voitures peut-être.

Policier : Non monsieur, c'est la route utilisée pour le Marathon.

Coureur : Eh ben quoi ? Y'a un problème ?

Policier : Vous êtes en plein milieu d'un marathon monsieur.

Coureur : Et alors ?

Policier : Y'a rien qui vous choque ?

Coureur : (se regarde attentivement) Non, vraiment, je ne vois rien...

Policier : Vous êtes certain ? C'est pourtant flagrant.

Coureur : Euh... euh... Mon numéro est à l'envers ?

Policier : non... vous avez un lacet jaune et un lacet rouge. De plus, vous êtes pourvus de cheveux longs, portez un collier avec un pendentif en bois, vous louchez et semblez étranger.

A ce moment, la fillette passe à nouveau devant eux, les coupant

Coureur : Et alors ?

Policier : J'aurais de bonnes raisons de vous faire enfermer. Qui sait si vous ne cachez pas sur vous quelque bombe ?

Coureur : Mais j'ai pas de bombe moi ! Je fais le marathon, moi !

Policier : Et veuillez ne pas hausser le ton avec moi s'il vous plait, monsieur. Je ne fais que mon travail de policier.

Coureur : Eh ! Mais c'est pas juste ça ! Moi je veux pas aller en prison moi ! Je fais le marathon moi ! Je veux pas faire éclater une bombe moi !

Policier : (sort un calepin puis note une amande) outrance à policier dans l'exercice de ses fonctions... ça vous fera quatre-vingt dix euros monsieur.

Coureur : Eh ! Mais pourquoi ça ! Mais je veux pas payer moi !

Policier : (toujours le calepin à la main) Monsieur refuse de payer l'amande ? Bien. Refus d'obéir à un agent de la sécurité dans l'exercice de ses fonctions, cela vous fera trois cent quatre-vingt dix euros monsieur.

Coureur : Hein ? Mais pourquoi ? Mais fais gaffe ! Mais je vais t'en mettre une moi !

Policier : Insulte à officier de l'état dans l'exercice de ses fonctions, cela vous fera deux mille trois cent quatre-vingt dix euros monsieur.

Coureur : Mais je...

Policier : d'ailleurs, je me demande pourquoi je ne vous ai pas encore demandé vos papiers.

Coureur : (s'observe puis regarde attentivement le policier qui semble ne pas ciller) Mais je les ai pas mes papiers. Ça se voit pas peut-être...

Policier : je ne savais bien que ce type n'était pas clair ! Monsieur, vous venez de prouver que vous n'étiez pas un citoyen de France comme les autres. Je vais vous demander de me suivre.

Coureur : Mais je veux pas aller en prison moi ! Je veux finir mon marathon !

Policier : (sort une paire de menottes et va pour les passer aux mains du coureur) je crois que ça fait beaucoup de choses dans un simple échange entre vous et moi monsieur. Nous allons régler cette affaire au commissariat. Présentez-moi vos mains.

Coureur : Ca c’est Josette (en montrant sa main droite) et ça c’est Jacqueline (en montrant la main gauche).

Le flic lui passe les menottes, il ne comprend pas.

Coureur : Mais vous faites quoi ?

Policier : Cela ne se voit pas peut-être ? Je vous arrête pour violences verbales aggravées sur un agent de la sécurité française et non port de papiers d'identité.

Coureur : Mais faites pas ça !

Policier : Georges, j'ai encore chopé un immigré ! Et toi pour ton marathon, tu peux toujours courir !

Ils sortent, le policier tirant le coureur par les menottes...

Pour P'tit Sumo, mon cher coureur drogué aux ch'veux longs !

♠ - raou - ♠

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inmyhead-firdox.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était une fois - Contes pour enfants   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il était une fois - Contes pour enfants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
» Il était une fois la légion [DVDRiP]Guerre
» Il était une fois, une jeune fille nommée Katharina....
» Il était une fois... La petite souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA MONTRE et autres... :: Let's have Fun ! :: Scriptorium-
Sauter vers: